Iran - AIEA (Q&R- Extrait du point de presse du 22 février 2012)



Q - Etant donné votre réponse "conditionnelle" à l’offre de l’Iran pour un dialogue avec les 5+1, et les déclarations de l’AIEA sur le refus de l’Iran de permettre aux inspecteurs l’accès à un site militaire, quelle est votre position sur ces questions aujourd’hui ?

R - Nous déplorons vivement le refus de l’Iran de donner accès à l’AIEA au site de Parchin, et de s’engager à clarifier les nombreuses questions soulevées dans les rapports de l’Agence, notamment celui de novembre 2011.

Il s’agit d’une nouvelle occasion manquée pour l’Iran.

Le Conseil des gouverneurs de l’AIEA qui débute le 5 mars devra naturellement en tirer les leçons, en tenant compte du rapport que l’Agence doit publier dans les prochains jours sur le programme iranien.

Ce refus de coopérer s’ajoute aux récentes déclarations de responsables iraniens se félicitant de progrès dans leurs activités nucléaires.

On ne peut que relever que tout ceci est contraire aux intentions affichées dans la lettre de M. Jalili reçue le 15 février.