"Appui à la restructuration et à la modernisation du système d’enseignement supérieur haïtien" (PARMSESH)



L’engagement de la France : réalisation d’une étude en vue de la reconstruction du système de l’enseignement supérieur haïtien.

La situation nouvelle créée par le tremblement de terre a exacerbé les problèmes structurels du secteur de l’enseignement supérieur haïtien. Une restructuration complète et une modernisation totale du secteur s’imposent.

Au-delà de la réalisation d’une étude et en réponse à la requête des autorités haïtiennes, le projet FSP (« Fonds de Solidarité prioritaire ») de soutien à l’enseignement supérieur, a été lancé en complémentarité des projets d’enseignement numérique à vocation structurante mis en place en Haïti après le séisme (voir projet Pendha)

Ce projet, d’un montant de 1,3M€, adopté en juin 2011, a pour objectif principal de restructurer et moderniser le système d’enseignement supérieur haïtien dans une perspective de diversification et de décentralisation, afin que celui-ci puisse :

  • répondre aux besoins de formation des futurs cadres du pays,

puceoupas conduire de véritables programmes de recherche scientifique en soutien au développement national et à la modernisation de l’économie du pays.

Mise en œuvre

La convention de financement vient d’être signée par le ministre de l’Education début novembre 2011. Ce retard est du aux atermoiements au cours des derniers mois, liés à l’absence de gouvernement haïtien légitime de mai à octobre 2011. La quasi totalité des crédits (1,25M€) é été déléguée à l’Ambassade de France à Port-au-Prince au Poste. ***

Perspectives

Le projet se met en place sur 36 mois. Le chef de projet est un expert technique international français, en poste en Haïti en tant que conseiller auprès du ministre de l’Education nationale et de la formation professionnelle.

En 2012, sont prévues, notamment pour permettre la finalisation des projets d’enseignement précités, les actions suivantes :

  • la mise en place d’un système de gestion informatisé auprès des établissements d’enseignement supérieur ;
  • l’accréditation d’un établissement chargé de mettre en place des programmes d’enseignement à distance et la mise en place de dispositifs de formations afférents ;
  • la formation de formateurs à l’utilisation des dispositifs et outils numériques, ainsi que la formation technique et administrative des utilisateurs de ces outils.