Mobilisation des services du ministère en faveur des Français résidents et de passage en Tunisie (17 janvier 2011)



Depuis le début des événements en Tunisie, l’ensemble des services du ministère des Affaires étrangères se sont mobilisés afin d’assurer la meilleure information possible et la protection consulaire aux Français résidents et de passage en Tunisie.

Nous rappelons que la communauté française représente près de 30 000 résidents dont 21 300 sont inscrits auprès des services consulaires.

A Paris, le centre de crise du ministère a mis en place un dispositif exceptionnel spécifiquement consacré au suivi de la situation en Tunisie et plusieurs réunions interministérielles de crise y ont été organisées.

En Tunisie, tout au long des événements, l’ambassadeur et ses services ont maintenu un contact permanent avec les correspondants de sécurité au sein de la communauté française. Cet effort se poursuit et nous travaillons ensemble pour identifier les problèmes sécuritaires de notre communauté et pour faire passer des consignes ou des demandes de recherches.

Les conseillers à l’Assemblée des Français de l’Étranger ainsi que les responsables des principales associations de Français de Tunisie ont été constamment informés par l’ambassade de l’évolution de la situation et ont participé activement au dispositif mis en œuvre au profit des Français résidents et de passage.

Dés les premiers troubles à l’ordre public, le Consulat général a ouvert une cellule téléphonique de crise active 24 heures sur 24 avec un numéro unique et une quinzaine d’agents qui a reçu plus de 5 000 appels.

Le site internet du consulat a immédiatement diffusé des conseils pratiques de sécurité, des informations notamment sur la fermeture des écoles, le couvre-feu, les mouvement d’avions, l’arrivée du navire SNCM Casanova.

Deux équipes d’agents consulaires ont été déployées à l’aéroport 24 heures sur 24 et au port de la Goulette pour aider à l’embarquement de nos compatriotes désireux de quitter la Tunisie.

Un de nos compatriote, Hatem Bettahar, professeur à l’Université de Compiègne est décédé mercredi à Douz. Un autre de nos compatriote, Lucas Mebrouk Dolega, photographe de l’agence EPA grièvement blessé vendredi à Tunis par un tir de grenade lacrymogène, est toujours dans un état extrêmement critique. Nous sommes en contact avec leur famille ainsi qu’avec les autorités tunisiennes afin d’établir les circonstances des violences dont ils ont fait l’objet.

Pour en savoir plus