Géographie et Histoire



Géographie

La République de Djibouti, dotée d’une superficie de 23.200 km², est située dans la Corne de l’Afrique et partage des frontières avec l’Érythrée au Nord, l’Éthiopie à l’Ouest et au Sud et avec la Somalie au Sud-Est. Elle possède une façade maritime longue de 370 km qui donne sur la Mer Rouge et le Golfe d’Aden.

Traditionnellement terre de nomadisme et de pastoralisme, marqué par un climat aride, et une disponibilité en eau limitée et faiblement doté en ressources du sous-sol (hormis la géothermie, qui demeure à exploiter), Djibouti dispose d’un potentiel limité dans les secteurs primaire et secondaire.


Histoire

La Corne de l’Afrique a toujours été un carrefour culturel et commercial entre l’Afrique et l’Asie et en particulier l’Arabie. Les sultans afars d’Obock et de Tadjourah sont au pouvoir lorsque les Français arrivent en1862. Après avoir négocié avec les sultans le droit de s’installer, ils achètent le site en 1862.

Le territoire devient une colonie sous le nom de « Côte Française des Somalis » puis « Territoire Français des Afars et des Issas » en 1967. Après trois décennies de revendication et de contestation animée par la LPAI (Ligue Populaire Africaine pour l’Indépendance), un référendum est organisé le 8 mai 1977. La majorité de la population du territoire vote pour l’indépendance.

Le pays accède à l’indépendance le 27 juin 1977 sous le nom de République de Djibouti et Hassan Gouled Aptidon est désigné comme premier Président du pays. Un parti unique, le RPP (Rassemblement Pour le Progrès) dirige alors les affaires du pays.

Une rébellion armée se déclenche en 1991 dans le nord du pays peuplé par les Afars qui accusent le gouvernement de favoriser les Issas. Le gouvernement de Hassan Gouled se résout à faire des concessions. Une nouvelle Constitution est adoptée en 1992 - qui introduit le multipartisme - et un accord de paix est signé en 1994 entre le gouvernement et le FRUD (Front pour la Restauration de l’Unité et de la Démocratie).

Un nouvel accord est conclu entre le gouvernement et la fraction armée du FRUD le 12 mai 2001. Celui-ci prévoit le désarmement des combattants du FRUD et leur réintégration dans la vie civile et militaire, l’introduction du multipartisme intégral et des mesures de décentralisation.


Mise à jour : 14.01.14