Géographie et histoire



Géographie

Le Salvador est le plus petit et le plus densément peuplé des États d’Amérique centrale. Au nord se trouve la Sierra Madre, une chaîne de montagnes longeant la frontière du Honduras. Le plateau central (de 400 à 800 m d’altitude) est découpé par des vallées fluviales et parsemé de nombreux volcans dont certains sont encore actifs. Large d’une cinquantaine de kilomètres, il accueille une grande partie de la population et les principales villes.

Le Salvador, qui abrite trois grands lacs naturels, est traversé par le fleuve Lempa, partiellement navigable, plus long fleuve d’Amérique centrale (parcours de 320 km à travers le Guatemala, le Honduras, puis le Salvador). Le climat est tropical, les variations saisonnières de température sont faibles.

Le pays est régulièrement touché par des ouragans venant des Caraïbes entre juin et novembre. Les ports d’Acajutla et de La Unión sont les deux plus grands ports de commerce du pays. Le pays est desservi par l’aéroport international de San Salvador (Comalapa), le plus important de la région après Panama.


Histoire

Pedro de Alvarado mène en 1524 la première expédition pour conquérir ce territoire alors occupé par trois Etats indigènes : le royaume de Payaquí, celui de Cuzcatlan et la principauté de Najocham. Le Salvador fut intégré en 1640 à la Capitainerie Générale du Guatemala et fit partie de l’Empire espagnol jusqu’en 1821. Il est rattaché de 1823 à 1840 à la République Fédérale d’Amérique Centrale.

Depuis lors, l’histoire du pays a été marquée par de violentes convulsions politiques et sociales. Dans ce petit pays, la compétition pour la possession de la terre entre les grands propriétaires tournés vers les cultures d’exportation (coton, canne à sucre, café) et la petite paysannerie a été source de tensions et d’affrontements (insurrections paysannes et massacres d’indigènes en 1932).

De 1980 à 1992, le pays est déchiré par une guerre civile qui a opposé le pouvoir conservateur, soutenu par les Etats-Unis, et la guérilla marxiste du Front Farabundo Marti de Libération Nationale (FMLN). Les accords de Chapultepec, signés le 16 janvier 1992, mettent fin à ce conflit interne qui aura provoqué la mort de 75 000 personnes et l’exil de plus d’un million de Salvadoriens.


Mise à jour : 04.06.14