Géographie et histoire



Géographie

Les océans Atlantique et Pacifique et une chaîne montagneuse volcanique qui le traverse du nord au sud ont façonné la richesse écologique du Costa Rica.

Les montagnes sont à l’origine de trois types de climat : la zone tropicale humide de l’Atlantique, la zone tempérée de la vallée centrale et la zone tropicale du Pacifique caractérisée par des étés très chauds et des saisons pluvieuses très accentuées. La côte de la mer des Caraïbes est extrêmement pluvieuse tandis que le long du Pacifique la saison sèche dure de quatre à cinq mois.

Cette géographie explique la concentration de la population sur le plateau central, et la tradition agricole plus que maritime du Costa Rica.

Décalage horaire avec la France : - 8h en été et – 7h en hiver.


Histoire

Ce territoire est découvert par Christophe Colomb lors de son quatrième voyage (en 1502). Les Espagnols s’y établissent à partir de 1522 et la zone est rattachée à la Capitainerie générale du Guatémala dès 1540. En 1737, la « Villa Nueva de la boca del Monte » est fondée, elle deviendra San José. Le Costa Rica accède à l’indépendance en 1821, rejoint en 1823 la Confédération d’Amérique centrale, puis s’en retire en 1838.

À la fin du XIXe siècle, le Costa Rica est déjà une démocratie moderne (enseignement gratuit et obligatoire, abolition de la peine de mort). De 1940 à 1944, le gouvernement du président Calderón introduit des réformes sociales audacieuses (dont la création d’une sécurité sociale et d’un salaire minimum garanti, la réalisation d’une réforme agraire). En 1948, Otilio Ulate est élu président mais son prédécesseur, Teodoro Picado, refuse de lui laisser sa place.

Après une révolte populaire (40 jours d’affrontement, 2000 morts) menée par José Figueres Ferrer, leader du parti Libération Nationale (PLN), Teodor Picado cède le pouvoir à ce dernier et une nouvelle constitution est adoptée en 1949. Elle sera la clé de voûte de nombreuses transformations qui imprègnent encore la société costaricienne : suppression de l’armée et transfert de son budget à l’éducation, diversification de la structure productive agricole, industrialisation poussée et surtout mise en œuvre de politiques sociales dans le domaine de l’éducation et de la santé, qui, en l’espace de trente ans vont transformer en profondeur le pays.


Mise à jour : 13.12.13