L’appui aux initiatives des ONG de solidarité internationale



Les dispositifs d’appui aux ONG sont fondés sur le principe du droit d’initiative. Ils valorisent les capacités d’innovation et l’expertise spécifique des organisations de solidarité internationale dans la lutte contre la pauvreté et le développement. Ils visent à accompagner la structuration et la professionnalisation des ONG françaises.

La Délégation pour les relations avec la société civile anime et coordonne les partenariats associant les ONG, les différents services du ministère des Affaires étrangères, notamment les services en charge de la coopération internationale (Direction Générale de la Mondialisation, du développement et des partenariats), l’Agence Française de Développement (AFD), opérateur pivot du dispositif français d’aide publique au développement, et le réseau diplomatique français. Les ONG sont partie prenante de plusieurs projets prioritaires de l’aide française (santé materno-infantile, sécurité alimentaire, appui aux sociétés civiles locales…). Parallèlement, le Centre de Crise coordonne l’action humanitaire française en y associant l’ensemble des acteurs concernés.

Le réseau des ambassades à l’étranger soutient le tissu associatif local et contribue au renforcement des capacités des sociétés civiles du Sud à travers les Services de Coopération et d’Action Culturelle. Ils disposent à cet effet des crédits du Fonds social de développement (FSD), dont ils assurent directement la mise en œuvre.

Transfert à l’AFD du dispositif d’appui aux initiatives des ONG

Dans le cadre de la modernisation du MAE, la gestion du dispositif d’appui aux ONG est confiée à l’AFD depuis 2009. Opérateur pivot du dispositif français d’aide publique au développement, l’AFD est placée sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères, du ministère de l’Intérieur et du ministère de l’Économie. L’AFD, qui a mis en place une Division du Partenariat avec les ONG, assure désormais le cofinancement des projets et programmes des ONG auprès de leurs partenaires dans les pays en développement (actions de terrain, programmes pluriannuels, conventions programmes autour d’axes stratégiques, projets inter-associatifs, programmes concertés pluriacteurs), ainsi que celui des actions d’éducation au développement au Nord, de plaidoyer ou de structuration du milieu associatif, via le soutien aux plates-formes et collectifs d’ONG.

Les cofinancements sont octroyés par un Comité spécialisé pour l’appui aux initiatives des ONG, présidé par le président de l’AFD et au sein duquel siègent deux représentants du MAE. La DPO en relation régulière avec le ministère des Affaires étrangères gère l’instruction, le suivi des projets cofinancés.

Les priorités sectorielles et géographiques de ce dispositif suivent les recommandations du Comité Interministériel pour la Coopération Internationale et le Développement du 5 juin 2009 : concentration sur 14 pays pauvres prioritaires de l’Afrique sub-saharienne francophone et sur les pays en crise ou sortie de crise ; accent mis sur les secteurs de la santé, de l’éducation et de la formation professionnelle, sur l’agriculture et la sécurité alimentaire, et sur le développement durable (climat, environnement, énergie, eau, assainissement). Les orientations retenues visent également l’objectif transversal du CICID de promouvoir pleinement, à travers des projets concrets, la gouvernance démocratique, l’État de droit et le respect des droits de l’Homme.

Autres mécanismes d’appui aux ONG de solidarité internationale :

Outre les cofinancements accordés par l’AFD aux associations qui ont au minimum trois ans d’existence et qui mettent en œuvre des projets d’importance et d’impact significatifs dans les pays en développement, la "[Guilde européenne du Raid>http://www.la-guilde.org/]" gère, pour sa part, l’agence des micro-projets. Cette agence a mis en ligne un site Internet spécifique d’aide à la recherche de financements. Conçu grâce au soutien du MAE et de l’Agence française de Développement, ce site s’adresse aux associations de loi 1901 ou aux particuliers français, porteurs de micro-projets de solidarité internationale d’un budget total inférieur à 65 000 euros. Il recense près de 350 dispositifs de financements, en permettant à chacun d’identifier le maximum de partenaires financiers potentiels.

Les associations lycéennes en recherche de financements pour des projets de solidarité internationale peuvent s’adresser, par l’intermédiaire de leur chef d’établissement ou de leurs professeurs, aux Délégués académiques aux Relations européennes et internationales et à la Coopération de leur région. La liste de ces contacts est disponible sur le site de l’Éducation nationale.

Les associations estudiantines peuvent, quant à elles, consulter et télécharger les notes techniques relatives au Programme « Jeunesse Solidarité internationale » (JSI) et « Villes-vie-vacances-solidarité internationale » (VVV-SI) sur le site du FONJEP.

Pour en savoir plus :

 

Mise en ligne : 22.03.13