Conditions d’éligibilité aux postes d’observateurs électoraux



En quoi consiste une mission d’observation électorale (MOE) ?

Une mission d’observation électorale sous l’égide de l’UE ou de l’OSCE/BIDDH ne peut être mise en place que si elle est formellement invitée par l’Etat où est organisée l’élection.

1. Une mission exploratoire est envoyée quelques mois avant le scrutin pour apprécier la faisabilité et l’opportunité d’une observation électorale internationale et pour évaluer les conditions de déploiement des observateurs.

2. L’équipe cadre (en anglais core team), composée d’un chef de mission, d’un chef de mission adjoint et d’autres experts (expert pays / analyste politique, expert juridique/ électoral, expert média, etc…) arrive sur place généralement de 6 à 8 semaines avant la date prévue des élections et procède à une analyse en profondeur des conditions techniques et politiques liées au processus électoral. Les membres des équipes cadres sont recrutés directement par l’OSCE/BIDDH et la Commission européenne. Il s’agit en général d’experts ayant effectué préalablement un nombre important de missions d’observation électorale.

3. Les observateurs de longue durée (OLD) arrivent dans le pays de 4 à 6 semaines avant la date des élections et sont affectés par binômes dans toutes les régions du pays. Ils observent l’ensemble du processus électoral, rencontrent les autorités ainsi que les acteurs locaux et préparent le déploiement des observateurs de courte durée sur le plan logistique.

4. Les observateurs de courte durée (OCD) sont déployés par binômes dans le pays pour une durée de 8 à 15 jours autour de la journée des élections. Ils transmettent leurs observations recueillies par le biais de formulaires standardisés, aux OLD et à l’équipe-cadre.

Comment devenir observateur électoral ?

Au Ministère des Affaires étrangères, la Délégation aux Fonctionnaires Internationaux a été désignée comme référent (point focal) pour les missions d’observation électorale conduites sous l’égide de l’OSCE/BIDDH et de l’UE. Cela implique notamment que la DFI est chargée de pré- sélectionner les Français qui ont répondu aux appels à candidatures pour les fonctions d’observateurs de longue durée et de courte durée. La sélection définitive se fait au niveau des organisations, à partir des listes restreintes de candidats transmises par les Etats membres.

L’observation électorale requiert des qualités et des compétences professionnelles bien particulières. Après avoir vérifié que leur profil correspond bien aux critères minimaux de sélection des observateurs et aux spécificités de chaque déploiement, les personnes intéressées à prendre part à une mission sont invitées à soumettre un dossier de candidature en suivant les indications qui figurent ci-dessous.

Critères de sélection

Contrairement à une idée reçue, les missions d’observation électorale ne sont pas destinées à des néophytes qui souhaitent acquérir de l’expérience de terrain, mais font appel à des experts expérimentés dans au moins l’un des domaines suivants : observation / assistance électorale ; expérience des zones de conflits / post-conflits ; expertise de la zone ou du pays concerné par la mission.

Critères à satisfaire obligatoirement pour postuler à une mission d’observation électorale en tant qu’observateur de courte durée ou de longue durée :

  • nationalité française
  • maîtrise de l’anglais oral et écrit
  • au minimum Master dans une discipline pertinente (sciences politiques, relations internationales, droit international, droits de l’Homme, journalisme…)
  • bonne condition physique
  • possession d’un passeport en cours de validité
  • neutralité et indépendance par rapport au pays hôte
  • capacité à travailler dans un environnement multiculturel, qualités relationnelles

Pour présenter sa candidature sur un poste d’observateur de longue durée, il faut avoir effectué plusieurs missions en tant qu’observateur de courte durée.

Critères complémentaires :

  • expérience de terrain significative dans des zones de conflits ou post-conflits souhaitée pour la plupart des missions sous l’égide de l’UE
  • expérience dans le domaine électoral
  • capacité démontrée à travailler dans des conditions de sécurité précaires
  • expérience professionnelle préalable dans la zone géographique concernée
  • connaissance des langues parlées dans le pays où est déployée la mission : il est à noter que les compétences linguistiques pourront faire l’objet d’un test au cours de la pré-sélection et de la sélection.

Comment soumettre sa candidature

1. Vérifier les dates de dépôt des candidatures. ATTENTION : Les dossiers reçus hors délais ne seront pas pris en compte.

2. Faire acte de candidature pour chacune des missions qui retiennent l’intérêt, en adressant par courriel à l’adresse : observations.electorales@diplomatie.gouv.fr un curriculum vitae ainsi qu’une lettre de motivation rédigés en français et, le cas échéant, tout document complémentaire requis. Les candidats sont invités à préciser dans l’objet de leur message la mission concernée ainsi que la fonction à laquelle ils prétendent (OLD ou OCD).

Le candidat doit renouveler cette démarche à chaque fois qu’il désire postuler pour une nouvelle mission.

3. Pour les missions sous l’égide de l’Union européenne, il est en outre obligatoire de s’enregistrer, préalablement au dépôt de candidature, sur la base de données des observateurs européens (Roster d’Europeaid).

Le fait de s’inscrire sur cette base de données n’implique aucunement que l’on est candidat pour une mission déterminée ; il s’agit uniquement d’un préalable obligatoire à tout acte de candidature pour une mission d’observation électorale de l’UE. Une fois cette démarche effectuée, il n’est pas nécessaire de la renouveler, mais de mettre à jour ses données régulièrement.

Modalités de la pré-sélection

Les pré-sélections sont effectuées à partir des dossiers reçus à la suite des appels à candidatures.

La Délégation aux Fonctionnaires Internationaux procède de manière collégiale à la pré-sélection des candidats pour chaque mission en s’appuyant sur les critères demandés par l’organisation en charge de l’observation. La liste restreinte de candidatures pertinentes qui est établie respecte, dans la mesure du possible, les principes de parité, d’équilibre générationnel, de diversité professionnelle, et fait une place à la rotation et au renouvellement des observateurs. La liste des candidats pré-sélectionnés est transmise, suivant les cas, à l’OSCE/BIDDH ou à l’Union européenne, qui opèrent la sélection définitive des observateurs.

En raison du nombre important de candidatures, seules les personnes présélectionnées seront recontactées.