Présentation



Données générales

Nom officiel : République islamique d’Afghanistan Nature du régime : présidentiel Chef de l’Etat : Ashraf Ghani Chef de l’Exécutif : Abdullah Abdullah

Données géographiques

Superficie : 652 090 km² Capitale : Kaboul (2,4 millions d’habitants) Villes principales : Hérat (400.000 habitants) ; Kandahar (350.000 habitants) ; Mazar-e Charif (300.000 habitants) Langues officielles : pachto et dari (autres langues courantes : tadjik, ouzbek, turkmène) Monnaie : afghani Fête nationale : 19 août (fête de l’Indépendance de 1919)

Données démographiques

Population : 30,5 millions (2013, Banque Mondiale), auxquels s’ajoutent plus de trois millions de réfugiés afghans encore présents en Iran et au Pakistan. Croissance démographique : 2,2 % par an (2012, PNUD) Espérance de vie à la naissance : 61 ans (2012, PNUD) Taux d’alphabétisation : 28,1 % (2012, PNUD) Religions : 84% de musulmans sunnites (rite hanéfite), 15% de musulmans chiites (duodécimains et ismaéliens), autres (sikhs, hindous…). IDH : 0,374 (2012, PNUD – 175e rang, catégorie des pays les moins avancés (PMA)).

Données économiques

PIB : 20,7 milliards USD (2013, Banque Mondiale ; 104e rang mondial) RNB/hab. : 1 560 USD (Banque mondiale, 2012 ; NB : 750 USD en 2004) Taux de croissance : 4,2% (2013, Banque mondiale) Inflation : 7,6% (2013, Banque mondiale)

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (2012) :

  • Agriculture : 30 % ;
  • Industrie : 22 % ;
  • Services : 48 %.

Exportations françaises vers l’Afghanistan : 44,6 millions d’euros (2012) Importations françaises depuis l’Afghanistan : 3,8 millions d’euros (2012)

Pour plus d’informations, voir le site du ministère de l’économie et des finances.

Consulat de France : Kaboul (section consulaire de l’ambassade) Communauté française en Afghanistan (2013) : environ 300 personnes (hors militaires) Communauté afghane en France (2012) : environ 3 500 personnes

Politique intérieure

Le second tour de l’élection présidentielle du 14 juin 2014 a conduit à l’investiture d’Ashraf Ghani le 29 septembre. Il succède à Hamid Karzaï après ses deux mandats successifs à la tête du pays. Cette investiture consacre la première passation pacifique du pouvoir d’un chef d’Etat élu à un autre dans l’histoire du pays. Son adversaire du second tour, le Dr. Abdullah a été nommé à un poste équivalent de celui de Premier Ministre, en vue de former un gouvernement d’unité nationale composé de ministres représentant les deux camps. L’Afghanistan a ainsi franchi une étape essentielle de sa transition politique, treize ans après la chute des Talibans en 2001.

Situation économique

L’économie afghane a connu une croissance économique forte au cours de la dernière décennie (taux de croissance moyen de 9,4 % entre 2003 et 2012). Cette croissance a été essentiellement tirée par la présence internationale et l’aide au développement. L’économie afghane reste cependant très peu développée (en grande partie encore agricole) et pâtit du ralentissement lié à la diminution de la présence internationale (croissance de 4,2% en 2013). Les taux de chômage et de sous-emploi sont estimés à 8% et 48%. Le trafic de drogue occulte par ailleurs une partie de l’économie légale (l’opium afghan représente 90% de la production mondiale). Le nouveau gouvernement est par ailleurs confronté à une grave crise budgétaire, la situation des finances publiques n’ayant cessé de se dégrader depuis 2011 et s’étant aggravée en 2014.

Politique extérieure

La politique extérieure afghane est marquée par le renforcement de la coopération régionale et le maintien d’un fort engagement des partenaires internationaux. Plusieurs processus multilatéraux ont été mis en place pour renforcer la coopération régionale autour de l’Afghanistan : Regional Economic Cooperation Conference on Afghanistan lancée en 2005, axée sur les questions économiques, et le « Processus d’Istanbul », lancé en novembre 2011.

Mise à jour : 15.10.14