La Représentation Permanente de la France auprès de l’Union européenne



Le rôle de la Représentation permanente

Une interface entre les autorités françaises et les institutions de l’Union européenne

La Représentation permanente joue un rôle central dans les communications entre Paris et Bruxelles, la conduite des négociations au sein des instances du Conseil de l’Union européenne et les relations avec les autres institutions, en particulier le Parlement européen et la Commission européenne.

La mission de la Représentation permanente

Promouvoir et défendre les positions françaises auprès des institutions européennes et informer au mieux les autorités françaises sur l’état des questions européennes

La Représentation permanente participe à Bruxelles à l’élaboration et à la conduite de l’ensemble des politiques de l’Union européenne : marché intérieur, agriculture, pêche, consommation, tourisme, transports, télécommunications, emploi, industrie, santé, recherche, environnement, éducation, relations extérieures, questions budgétaires et financières, justice et affaires intérieures.

Dans ce cadre, les conseillers de la Représentation permanente expriment les positions de la France dans les instances préparant les réunions du Conseil des ministres. La Représentation permanente assiste les membres du gouvernement lors des réunions du Conseil des ministres de l’Union européenne, ainsi que le Président de la République et son équipe lors des Conseils européens.

Les travaux du Conseil sont préparés par le Comité des Représentants permanents (Coreper) qui se réunit chaque semaine. Ce comité surveille et coordonne également les travaux des comités et groupes de travail composés de fonctionnaires des Etats membres qui préparent au niveau technique les dossiers qui sont soumis au Coreper et au Conseil.

La Représentation permanente est en relation avec tous les acteurs impliqués dans les processus de décision, elle présente et explique les positions françaises aux membres de la Commission, du Parlement européen et à leurs services.

Depuis l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne, elle travaille étroitement avec le Service européen pour l’Action extérieure que dirige la Haute Représentante Catherine Ashton et appuie la montée en puissance de ce service qui doit conjuguer et intégrer la culture de la Commission, du Secrétariat général du Conseil et des Etats membres pour parvenir à faire une synthèse des différentes politiques européennes dans leur dimension externe qui complétera l’action des diplomaties nationales.

La Représentation permanente informe quotidiennement de façon précise les autorités françaises sur l’état des discussions européennes sur les questions en cours.

La Représentation permanente est également en contact avec tous les intervenants intéressés par les questions européennes : parlementaires nationaux, collectivités locales, représentants des entreprises, des organisations syndicales, des associations et ONG ainsi qu’avec les chercheurs, les think tanks et le public au sens large (étudiants notamment). Elle participe au débat public en étant en contact étroit avec les journalistes, en s’ouvrant au public en général sur place et par son site internet et en suivant les principaux débats d’idées sur les questions européennes. Dans les respects des règles de concurrence, elle informe les entreprises françaises sur les dossiers européens et les opportunités offertes par les programmes communautaires. Elle veille, enfin, à la place des Français et du français dans les institutions européennes.

L’organisation de la Représentation permanente

La Représentation permanente est une structure interministérielle. L’équipe comprend une centaine de conseillers et au total environ 200 personnes issus de tous les ministères concernés par les activités de l’Union européenne, autour du Représentant permanent de la France auprès de l’UE, Philippe Etienne.

Elle est en liaison permanente avec l’ensemble des ministères, dont la coordination est assurée à Paris par le Secrétariat général des Affaires européennes (SGAE). Elle assiste ce dernier dans son rôle de garant de l’unité et de la cohérence de la position française au sein de l’Union européenne dans l’ensemble des enceintes européennes.

Coordonnées de la Représentation permanente Représentation Permanente de la France auprès de l’Union européenne
14 Place de Louvain
1000 Bruxelles
Téléphone : +32 (0) 2 229 82 11
Télécopie : +32 (0) 2 229 82 82

Portrait de P. Étienne, représentant permanent de la France auprès de l’UE

Grand commis de l’État, Philippe Étienne est aussi un grand serviteur de l’Europe. À 54 ans, cet ancien élève de l’ENA, également agrégé de mathématiques, dirige, à Bruxelles, la Représentation permanente de la France auprès de l’Union européenne, communément appelée la « RP ».

À la tête d’une équipe de 230 personnes, Philippe Étienne y défend les positions et les intérêts français auprès de la Commission, du Parlement et du Conseil, encadre, avec ses homologues des 26 autres états membres, les négociations techniques au sein du Conseil des ministres de l’UE et assiste les ministres français en déplacement à Bruxelles.

Comme tout ambassadeur, il accompagne également les parlementaires nationaux, les élus locaux, les membres d’ONG ou encore les chefs d’entreprise dans leurs démarches sur les dossiers politiques ou les programmes communautaires.

Nommé le 14 avril 2009, Philippe Étienne avait déjà pu appréhender toute la richesse de cette fonction, une première fois de 1988 à 1991, puis de 1997 à 2002. « Une expérience précieuse pour maîtriser les mécanismes européens, même si, depuis, ils ont beaucoup évolué. Il reste que la dimension humaine reste essentielle. Lorsqu’un ambassadeur « bilatéral » doit comprendre un pays, sa culture, sa langue, le représentant de la France auprès de l’UE doit saisir les positions et les motivations de 26 autres pays, plus celles des institutions européennes ! »

« Rendre les succès européens plus lisibles »

Exercice grandeur nature, ces six derniers mois, avec la fin des négociations sur la ratification du traité de Lisbonne. En poste à Moscou au moment où l’URSS allait disparaître, puis ambassadeur à Bucarest lorsque la Roumanie adhérait à l’UE, Philippe Étienne en mesure bien, aujourd’hui, la portée historique. « La ratification vient clore une période difficile.

L’Europe en sort renforcée, avec des objectifs et des principes, dont ceux d’une économie sociale de marché et une série d’innovations institutionnelles. Cette étape cruciale va permettre à l’Europe d’avancer, notamment pour définir sa stratégie de croissance et de sortie de crise. » Des défis qui supposent que les citoyens se sentent réellement investis par les enjeux européens. « La paix, l’euro, le marché unique sont devenus des évidences pour nos compatriotes.

Du coup, ils peinent à considérer les nouvelles avancées à leur juste valeur. Cette attitude tient beaucoup à la complexité des mécanismes de l’UE. D’où la nécessité, pour les responsables, de toujours mieux expliquer le fonctionnement des institutions de l’Europe. Et ainsi de rendre ses succès plus lisibles. »

En dates

  • 1981-1997 : en poste dans les ambassades de France à Belgrade, Bonn, Moscou
  • 1997 : représentant permanent adjoint de la France auprès des Communautés européennes
  • 2002 : ambassadeur de France en Roumanie
  • 2007 : directeur de cabinet de Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères.

Source : L’Europe en France, la lettre de la Représentation en France de la Commission européenne, n°25 - janvier-février 2010