Recherche de l’information



L’information transmise par la correspondance des ambassades est la source principale, et la plus originale, de l’information élaborée et diffusée par le ministère.

Un rôle traditionnel disputé par les journalistes

« Les ambassadeurs n’exécutent pas simplement ; ils forment aussi et dressent, par leur conseil, la volonté du maître. » Montaigne, Essais, 1580.

La recherche - ouverte - du renseignement est peut-être la plus ancienne mission des ambassades. C’est ce que font toujours les ambassades, mais elles sont, depuis longtemps maintenant, concurrencées par la presse. Le journaliste s’adonne tout entier à sa tâche d’information, qui pour l’ambassade n’en est qu’une parmi d’autres. Il est ainsi souvent le premier à recueillir la nouvelle inédite.

Les ambassades ne cherchent donc pas à battre de vitesse les agences de presse. En outre, les techniques modernes créent de nouveaux rivaux pour les diplomates : Internet offre à chacun la faculté de diffuser partout des informations en temps réel sur tous les sujets.

Un rôle spécifique toujours actuel

L’importance croissante des médias et le développement des techniques nouvelles d’information et de communication ont profondément modifié la fonction d’information des ambassades, mais plutôt pour l’étoffer.

L’information diplomatique conserve un rôle primordial pour plusieurs raisons :

  • C’est une information privilégiée. L’ambassadeur la recueille à la source auprès des dirigeants. Ceux-ci, sachant que leur interlocuteur et son gouvernement garderont le secret si on le leur demande, ne lui tiendront pas exactement le même langage qu’à un journaliste, à qui l’on dit ce que l’on destine à l’opinion. Du moins l’ambassadeur transmet-il ainsi à son gouvernement des informations confidentielles.
  • C’est une information critique. L’ambassade n’annonce pas, sauf exception, le fait brut déjà connu par les agences, mais le fait vérifié et commenté à la lumière des dossiers, des observations antérieures, de l’expérience et des contacts de l’ambassade. Le foisonnement actuel de l’information rend cette critique encore plus nécessaire. Dans chaque matière, le diplomate doit s’efforcer d’être le meilleur expert de la place.
  • C’est une information orientée, en ce sens que tout en restant objective elle n’est pas neutre, mais active. Elle est tournée vers l’action, à la différence de l’information de presse. Elle est destinée à aider le gouvernement à prendre des décisions. C’est le devoir de l’ambassadeur de tirer la leçon des informations qu’il envoie, de présenter des suggestions et des recommandations.