Sécurité



Consignes de sécurité
  • Les voyages privés individuels en Iran sont déconseillés sauf raison impérative. Pour les Français se rendant en Iran pour des motifs professionnels ou familiaux, il leur est conseillé de se signaler à l’ambassade dès leur arrivée. Les déplacements dans les zones frontalières de l’Irak, de l’Afghanistan et l’ensemble de la province du Sistan-Baloutchistan restent formellement déconseillés.
  • Il est recommandé aux Français de faire preuve de la plus grande vigilance et d’une discrétion maximale dans leurs comportements et leurs déplacements, lors de leur séjour en Iran. Dans tous les cas, il convient en particulier de rester à l’écart de tout rassemblement ou manifestation ou mouvement de foule, qu’il s’agisse d’un rassemblement autorisé ou non, et de s’abstenir de prendre des photographies de l’espace public (rues, bâtiments publics et façades). Il convient également de rester dans les principales agglomérations et sur les grands axes de circulation, à l’écart des nombreuses zones militaires, qui sont rarement signalées explicitement. Les services de police sont d’une façon générale très sourcilleux. La réglementation sur la circulation des étrangers est très stricte. La protection consulaire que cette Ambassade peut apporter aux voyageurs trouve parfois à s’appliquer difficilement.
  • Les autorités iraniennes ne reconnaissent pas la double nationalité. Les binationaux franco-iraniens qui entreraient en Iran avec leur passeport iranien ne seront donc pas en mesure de solliciter la protection consulaire.
  • Par ailleurs, les communications téléphoniques internationales sont réduites, dans certains cas il est devenu impossible, depuis mars, de téléphoner à l’étranger. Il est en général possible d’être appelé depuis l’étranger, là aussi avec des restrictions occasionnelles.
  • L’accès à internet, en dehors des sites iraniens, est souvent difficile, l’utilisation de VPN (Réseaux Privés Virtuels) est interdite.
  • Il est rappelé aux voyageurs qui souhaitent se rendre en Afghanistan, au Pakistan ou en Irak depuis l’Iran que les déplacements dans ces pays sont formellement déconseillés dans tous les cas (voir les Conseils aux voyageurs pour les pays concernés). Le risque de sécurité, et notamment le risque d’enlèvement, y est très important. Les informations diffusées sur les réseaux sociaux ou par le bouche à oreille par d’autres voyageurs, faisant état de déplacements sans encombres ou de l’hospitalité des populations locales, ne sont ni fiables, ni représentatives de la réalité des risques.
  • Les services de sécurité sont très suspicieux à l’égard des contacts avec la population, notamment avec les milieux universitaires et étudiants, qu’ils observent avec attention.
  • Il est recommandé de renoncer à tout projet de tourisme individuel et d’éviter le Sistan-Balouchistan, où il est interdit aux étrangers de résider, de travailler et de voyager.
  • Les voyageurs peuvent être soumis à des mesures allant du retrait de passeport jusqu’à l’emprisonnement pour plusieurs années, pour des motifs divers : prise de photographies interdites (mais l’interdiction n’est pas toujours connue ou explicite), parcours dans des zones interdites ou militaires (les interdits ne sont pas nécessairement clairement édictés, ni connus, ni signalés et les chemins peuvent ne pas être répertoriés sur les cartes routières).
Conseils pratiques importants

Certaines régions, notamment les provinces frontalières mais aussi la province de Semnan, font l’objet d’un contrôle particulièrement rigoureux des étrangers. Il est vivement recommandé de ne pas s’y attarder, de s’en tenir aux itinéraires balisés et de séjourner exclusivement dans des hôtels. D’une façon générale, tout itinéraire en dehors des routes et toute initiative de "camping sauvage" sont à proscrire en Iran, du fait de l’existence de très nombreuses zones interdites qui ne sont pas nécessairement signalées.

Il convient de garder à l’esprit le climat général des relations internationales et les incidents ayant impliqué des ressortissants français, qui font de l’Iran un pays où les déplacements ne sont pas sans risque. Il importe donc, avant d’entreprendre un déplacement en Iran, de se tenir informé des dernières évolutions des relations entre l’Iran et la communauté internationale.

Il est recommandé de respecter les codes d’habillement et de conduite du pays (voir rubrique "Infos utiles").

Sanctions possibles

Un ressortissant français a été condamné à 18 mois d’emprisonnement en novembre 2005 pour allégation de franchissement illégal de la frontière maritime. Il en a effectué 15 avant d’être libéré.

Un autre ressortissant s’est vu confisquer son passeport par les autorités iraniennes alors qu’il était au Sistan-Balouchistan, ce qui l’empêchait de fait de quitter l’Iran. Son passeport ne lui a été rendu que deux mois plus tard.

Les difficultés récemment rencontrées en Iran par plusieurs double-nationaux, et l’exécution le 29 janvier 2011 d’une ressortissante néerlandaise, à laquelle tout accès consulaire a été refusé, amènent à rappeler aux ressortissants français ayant également la nationalité iranienne que l’assistance des autorités françaises à leur égard est limitée par le refus des autorités iraniennes de considérer la (les) autres(s) nationalité(s) de leurs ressortissants.

Risque sismique

Le pays est dans une région de forte activité sismique. Pour obtenir plus d’informations sur la conduite à tenir en cas de séisme, vous pouvez consultez la fiche "Risques naturels".

Si un tremblement de terre se produisait lors d’un séjour touristique, il est recommandé à nos ressortissants de prendre immédiatement contact avec leurs familles ou leurs proches afin de les rassurer sur leur sort ou, le cas échéant, en cas de problème de communication avec l’extérieur, avec l’Ambassade de France.