Présentation



Relations politiques et visites

Le Président de la République s’est rendu en visite au sultanat d’Oman en février 2009. Par ailleurs, les Secrétaires généraux des ministères des affaires étrangères français et omanais se voient régulièrement dans le cadre d’un dialogue stratégique bilatéral (dernier exercice en février 2013 à Mascate). Enfin, une commission mixte franco-omanaise, à dimension économique et culturelle, se réunit tous les quatre ans (dernière édition à Paris en décembre 2011).

Mme Bricq, ministre du commerce extérieur, et Mme Ashton, Haute Représentante de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, sont venues en visite officielle en janvier 2014. Du 1er au 3 avril 2014, une délégation du Medef International a effectué sa seconde mission depuis le début de l’année, dans le but de renforcer les échanges commerciaux bilatéraux.


Relations économiques

Au cours des dix dernières années, le total de nos échanges bilatéraux n’a jamais dépassé 700 millions d’euros. Ils se sont intensifiés en 2013, pour s’établir à 584,5 millions d’euros contre 368,6 en 2012, soit une hausse de 58,6%. Cette évolution ne doit pas faire oublier que les importations françaises en provenance d’Oman, hors aéronefs, restent marquées par leur extrême faiblesse. Concernant les hydrocarbures, la France reste un client marginal pour Oman, dont le pétrole compte pour 60% des exportations totales. L’excédent de la balance commerciale enregistre une baisse pour la quatrième année consécutive et s’établit à 197,6 millions d’euros en 2013 contre 310 en 2012. La modicité de notre part de marché peut certes s’expliquer par le poids des fournisseurs traditionnels (Emirats arabes unis, Japon, Etats-Unis, Arabie Saoudite) ou celui des grands émergents (Inde, Chine, Corée du Sud), mais elle reste inférieure à celle de nos principaux concurrents européens (Allemagne 3,5%, Royaume Uni 2%, Italie 1,9% en 2011).

Notre présence est essentiellement liée aux secteurs de l’énergie, de l’eau, de l’environnement et des infrastructures. Le groupe Total a signé, le 12 décembre 2013, un accord d’exploration et de partage de production (EPSA) avec le gouvernement d’Oman. Enfin, un ambitieux projet de construction d’un réseau ferroviaire de plus de 2000 km de long (dont 300 km connectés au réseau trans-GCC), dont le coût global est estimé à 12 milliards d’euros environ, ouvre de belles opportunités pour les entreprises françaises de ce secteur.


Coopération culturelle, scientifique et technique

La culture et le patrimoine représentent nos axes de coopération les plus développés avec Oman. La France accompagne le sultanat dans la valorisation de son patrimoine, notamment dans la perspective de l’ouverture prochaine d’un musée national omanais regroupant les collections du pays.

Par ailleurs, le contexte est actuellement très porteur pour l’enseignement du français. Après l’ouverture en 2007 de sections de français dans l’enseignement supérieur, les autorités ont décidé d’introduire notre langue dans quatre écoles pilotes, au niveau des deux dernières années de l’enseignement secondaire. L’école française de Mascate a, quant à elle, vu ses effectifs doubler en 5 ans. Les autorités omanaises viennent de mettre à sa disposition un terrain de 10.000m2.

Enfin, une exposition intitulée « Oman et la Mer » s’est tenue d’octobre 2013 à janvier 2014 au Musée de la Marine. Placée sous le haut patronage du Président de la République, elle a été inaugurée par les ministres de la défense des deux pays.


Coopération militaire

Entamée il y a une vingtaine d’années, notre relation bilatérale de défense repose sur des bases solides. Elle donne lieu à des visites régulières d’autorités militaires françaises et omanaises, et s’articule autour de quatre domaines principaux : les escales de bâtiments militaires français en Oman, les survols d’avions militaires français, l’accueil croisés de stagiaires militaires et le suivi des contrats d’armement.


Mise à jour : 17.04.14