Claude Lorentz - La France et les restitutions allemandes au lendemain de la seconde guerre mondiale (1943-1954)



c

Les restitutions comptent parmi les problèmes cruciaux que les gouvernements successifs de la France ont à résoudre au lendemain de la seconde guerre mondiale. Il s’agit en effet de faire contribuer l’Allemagne vaincue au redressement économique et culturel du pays, meurtri par quatre années d’intenses prélèvements de toute nature.

Dans une première partie, l’auteur suit, pas à pas, le cheminement diplomatique de cette question, évoquée au sein de diverses instances françaises et interalliées dès 1943. Il montre comment les objectifs initiaux et extrêmement ambitieux du CNF, du CFLN, puis du Gouvernement provisoire se heurtent très tôt à ceux des autres puissances occupantes de l’Allemagne et conduisent finalement à un certain isolement.

Une seconde partie expose les problèmes et les conditions de l’exécution proprement dite des restitutions en provenance d’Allemagne. Sont examinées successivement les restitutions des biens de nature économique (outillage, matériel de transport), de l’or monétaire, des valeurs mobilières et des œuvres d’art. L’auteur tente d’établir un bilan en valeur à la date de 1954 en le comparant notamment à celui des réparations et en analysant les répercussions sur les économies française et allemande, plus particulièrement sur celle de la zone française d’occupation.

Fondée sur les archives accessibles du ministère des Affaires étrangères, notamment l’important fonds de l’occupation française en Allemagne de Colmar, et sur celles du ministère de l’Économie et des Finances, cette étude souligne la complexité et l’ampleur d’un problème situé au cœur des relations franco-allemandes et interalliées de l’immédiat après-guerre.

Claude Lorentz, docteur en histoire contemporaine, est conservateur stagiaire de bibliothèque. Il a mené divers travaux de recherche sur l’histoire de la presse après 1945 et sur les aspects de l’occupation française en Allemagne après la seconde guerre mondiale. Il participe notamment à la création d’un fonds d’archives orales pour les Archives de l’occupation française en Allemagne et en Autriche de Colmar.