Arabie Saoudite - Exécution d’Abdallah Ben Fandi Al-Chammari (5 février 2013)



La France condamne la décapitation le 5 février en Arabie saoudite d’un condamné emprisonné depuis 30 ans, Abdallah ben Fandi Al-Chammari.

La France exprime à nouveau sa vive inquiétude face au rythme alarmant des exécutions en Arabie Saoudite. L’Arabie Saoudite fait partie des États appliquant le plus la peine capitale au monde, avec dix exécutions depuis le début de l’année 2013. Ces exécutions vont à l’encontre de l’évolution mondiale en faveur de l’abolition de ce châtiment inhumain, et dont la valeur dissuasive n’a jamais été établie.

La France est engagée dans une campagne en faveur de l’abolition universelle de la peine de mort et entend être à la pointe de ce combat. Comme l’a rappelé le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, la France exprime son opposition déterminée et constante à la peine de mort en tous lieux et en toutes circonstances. Elle exhorte une fois de plus l’Arabie Saoudite à mettre un terme aux exécutions et à instaurer un moratoire.