Situation humanitaire en Syrie (Q&R- Extrait du point de presse du 30 janvier 2013)



Q - Quelle est votre opinion sur l’initiative de l’État du Koweït concernant la donation de 300 millions de dollars pour le peuple syrien annoncée, ce jour, par Son Altesse l’émir du Koweït, lors de la conférence des donateurs organisée par l’État du Koweït et qui se déroule actuellement ?

R - Nous saluons l’annonce d’un don de 300 millions de dollars d’aide humanitaire du Koweït pour le peuple syrien.

La situation humanitaire dans ce pays est extrêmement préoccupante. Quatre millions de personnes ont besoin d’une aide d’urgence. On compte deux millions de déplacés et plus de 650.000 réfugiés dans les pays voisins. Dans ce contexte, il est urgent que l’ensemble de la communauté internationale continue à se mobiliser.

Présidée par Ban Ki-moon en présence de Valérie Amos, secrétaire générale adjointe des Nations unies pour les affaires humanitaires, et de Antonio Guterres, Haut commissaire pour les réfugiés, la réunion qui se tient aujourd’hui répond à cet objectif. Elle suit une nouvelle visite de Mme Amos à Damas, où l’autorisation d’opérer depuis les pays voisins afin d’atteindre les populations du Nord de la Syrie a une nouvelle fois été demandée au gouvernement syrien.

La France y est représentée par Éric Chevallier, ambassadeur pour la Syrie. Deux jours après la tenue à Paris de la réunion internationale de soutien à la Coalition nationale syrienne, la France soulignera la nécessité d’une coordination étroite avec la Coalition nationale syrienne pour avoir accès à l’ensemble des populations vulnérables à l’intérieur de la Syrie. C’est pourquoi nous rappellerons à cette occasion notre soutien aux Nations unies et inviterons l’ensemble de nos partenaires à réfléchir, de manière opérationnelle, à des mécanismes nouveaux en concertation avec la Coalition nationale syrienne