Les actions pour la promotion du français en Europe



L’Europe des 27 comprend 202 régions, 23 langues officielles que se partagent 493 millions de citoyens dont 70 millions sont francophones et 12 millions apprenants de français. Mosaïque de peuples, de cultures et de langues, l’Europe est un véritable laboratoire pour la diversité culturelle et linguistique à l’échelle mondiale.

Pour répondre à l’importance de l’enjeu, le ministère des Affaires étrangères mène une politique active en faveur du plurilinguisme et du français en Europe.

Cette politique vise à encourager nos partenaires européens à développer l’enseignement de deux langues vivantes obligatoires dans les systèmes éducatifs nationaux et en particulier à consolider les dispositifs d’enseignement bilingue francophones dans l’enseignement secondaire et supérieur. Elle se traduit par une coopération en matière de formation continue des enseignants : habilitation des examinateurs pour les certifications françaises de français langue étrangère adossées au Cadre européen commun de référence pour les langues, utilisation des technologies numériques, l’objectif étant de rendre l’enseignement du français plus attrayant.

Le plan pluriannuel pour le français en Europe

Pour que le français demeure une langue de communication internationale, sa place doit rester assurée au sein des institutions de l’Union européenne. La France a signé en 2002, avec la Communauté française de Belgique, le Grand Duché du Luxembourg et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), un Plan pluriannuel d’action pour le français en Europe. Le renforcement de l’usage du français passe, en effet, par son apprentissage par les fonctionnaires non-francophones des États membres, appelés à siéger à Bruxelles et, dans le contexte de l’élargissement, des pays voisins de l’Union européenne.

Des formations en français sont assurées dans les capitales ou à Bruxelles même à destination de publics spécialisés : interprètes et traducteurs, administrateurs, diplomates et fonctionnaires, mais aussi journalistes et étudiants des académies diplomatiques travaillant en liaison avec les institutions européennes.

Pour en savoir plus :

Mise à jour : 1er septembre 2012