Internet et TIC



Gouvernance de l’internet

La France s’est placée, avec ses partenaires européens, à l’avant-garde pour ce qui est de déterminer les principaux enjeux de politique internationale en matière de gouvernance de l’internet.

Les grands sujets au cœur de la gouvernance de l’Internet sont :

  • promotion des droits de l’Homme ;
  • protection de la vie privée et des données personnelles ;
  • diversité culturelle et place du français sur internet ;
  • nouvelles extensions pour les adresses Internet (".paris", " .hotels", etc.) ;
  • gouvernance de l’ "internet des objets" ;
  • neutralité des réseaux de communications électronique ;
  • protection du patrimoine immatériel.

Solidarité numérique

La contribution essentielle des TIC au développement est universellement reconnue : les TIC sont des outils très performants qui participent à la mise en œuvre de chacun des 8 OMD (Objectif du Millénaire pour le Développement) et l’accès aux TIC est d’ailleurs un indicateur du 8ème objectif du millénaire. Ces technologies permettent en effet de développer des applications dans de nombreux domaines (santé, éducation, …) et participent fortement à la croissance économique tant elles produisent des gains de productivité substantiels (e-commerce, e-banking, e-administration…).

La lutte contre le fossé numérique est également un enjeu économique majeur : le marché mondial des TIC qui représente, selon l’OCDE près de 3000 milliards de $ par an. Si la téléphonie mobile a réalisé une percée remarquable en Afrique, l’accès à Internet reste très marginal (4% à 5% en Afrique contre près de 70 % dans les pays développés) et l’équipement informatique est encore très faible. Il faut donc poursuivre nos efforts.

C’est pourquoi la lutte contre la fracture numérique constitue l’une des priorités que s’est donnée le ministère des Affaires étrangères depuis plusieurs années.

Les actions du ministère des Affaires étrangères

Le ministère des Affaires étrangères (MAE) agit contre la fracture numérique de plusieurs manières : directement ou avec ses opérateurs, en soutenant les collectivités territoriales et par ses contributions aux organisations internationales.

  • le projet ADEN (Appui au Desenclavement Numérique) Financé par le MAE à hauteur de 6 millions d’euros, le projet ADEN a été lancé en 2003 et concerne les pays de l’Afrique Subsaharienne. Il est organisé autour de trois axes : l’équipement et la connexion d’une soixantaine de centres publics d’accès à Internet situés en zones enclavées et gérés par des acteurs locaux ; l’organisation de formations à la gestion technique, administrative et à l’animation de tels centres ; enfin, l’appui au développement d’usages et d’applications Internet locales favorables au service de la communauté, ainsi qu’à la mise en ligne de contenus originaux.

Illust: Ecole française (...), 89.9 ko, 350x233
Ecole française dans les locaux du centre
culturel à Tblissi en Géorgie (Photo : MAE/F. de La Mure)

  • l’appui à la coopération décentralisée Le ministère soutient les collectivités territoriales dans les actions qu’elles mènent à l’international, notamment avec les pays du Sud.
  • les actions des opérateurs du ministère des Affaires étrangères
  • Les programmes de l’Agence française pour le Développement (AFD) dans le domaine des TIC relèvent d’une stratégie adoptée en janvier 2005. L’AFD est mobilisée sur des projets d’infrastructures de câbles sous-marins, des projets de développement de réseaux de téléphonie mobile mis en œuvre par des opérateurs publics, des extensions de réseaux Internet en zones défavorisées et divers appuis institutionnels, commerciaux et techniques.
  • PROPARCO, la filiale de l’AFD pour le développement du secteur privé, est particulièrement active dans le secteur de la téléphonie mobile.

Pour en savoir plus :

Publications :

Mise à jour : 1er septembre 2012