Une nouvelle étape pour Galileo



Le 10 octobre, Galileo a franchi une nouvelle étape, avec le lancement de Iov2. En 2005 et 2008, la mise en orbite de Giove A et Giove B signait l’entrée en phase expérimentale du système.

« En octobre 2011, le lancement des deux satellites opérationnels IOV1 engageait Galileo dans une phase de développement. IOV2 vient la compléter », explique Claude Audouy, responsable des opérations Galileo au CNES.

La mini constellation ainsi constituée va contribuer à vérifier le bon fonctionnement de l’infrastructure. Sous responsabilité de l’Esa, le système devrait, à terme, s’articuler autour d’une trentaine de satellites. Plusieurs centres de contrôles dédiés s’appuieront sur un réseau de stations sol réparties à travers le monde.

Projet d’envergure mondiale, Galileo va se déployer progressivement jusqu’en 2019-2020. Toutefois, dès 2015, 18 satellites devraient être en orbite. Ils assureront la fourniture de services initiaux pour les utilisateurs. Conçu sur la base d’études menées par l’Esa et le CNES et adoptées par la Commission européenne, le système Galileo fonctionnera avec le système GPS.