Quelle perception ont les Françaises et les Français de l’aide publique au développement ?



Réalisé par l’IFOP pour l’Agence Française de Développement et le ministère des Affaires étrangères, l’étude 2011 « les Français et l’aide au développement » livre de nombreux enseignements. En attendant les résultats de l’enquête 2012, attendus pour la mi-novembre, voici quelques éléments sur le sujet.

L’aide publique au développement : une nécessité pour la majorité des Français

63% des Français soutiennent la poursuite de l’aide publique au développement (APD), indépendamment des difficultés budgétaires que connait la France. A ce titre, 77% d’entre eux considèrent même que l’Etat français doit disposer de sa propre politique d’aide au développement au sein de l’Europe. La lutte contre la pauvreté est le premier des objectifs à atteindre, pour 36% des Français. Les secteurs prioritaires restent l’accès à l’eau potable (pour 35% des Français), l’accès à l’éducation (14%) et la santé (8%).

S’ils souhaitent que les pays d’Afrique subsaharienne restent une zone d’intervention prioritaire, ils sont aussi nombreux à espérer un engagement supplémentaire de la France en faveur des pays d’Afrique du Nord. 45% des Français jugent que le résultat global de l’APD est plutôt positif et répond à leurs attentes même si 35% d’entre eux pensent que le budget de la France pour l’APD est encore insuffisant.

Une aide qui doit s’appuyer sur les acteurs locaux

Si les Français, pour 55% d’entre eux, jugent que l’aide publique au développement est efficace, ils souhaitent aussi que la France accentue ses efforts en matière de lutte contre la pauvreté et le réchauffement climatique. Pour une part croissante d’entre eux, l’aide doit s’appuyer sur des acteurs locaux, qu’il s’agisse de collectivités locales (23%), d’associations des pays en développement (15%), ou d’entrepreneurs privés de ces mêmes pays (12%). 42% des sondés estiment que le transfert de compétence et de savoir-faire est un facteur déterminant pour une politique d’aide publique efficace.

Un intérêt renouvelé des Français pour le développement

Comme les années précédentes, l’intérêt des Français ne faiblit pas. Ils sont 66% à demander plus d’informations sur l’aide publique au développement et notamment sur les projets financés par la France, leur avancement et leurs résultats ainsi que sur la liste des pays bénéficiaires ou la politique de contrôle mise en place. Pour 69% des Français, les médias sont le principal vecteur d’informations sur ces sujets. 81% d’entre eux souhaiteraient même être informés par des reportages ou des documentaires télévisés.