Accord entre les autorités maliennes et la CEDEAO (Q&R- Extrait du point de presse - 24 septembre 2012)



Q : Le Mali et la Cédéao ont trouvé un accord dimanche sur les conditions d’un déploiement d’une force africaine avec l’établissement du quartier général de la force de la Cédéao à Bamako. Cela va-t-il faciliter le vote d’une résolution au Conseil de sécurité ? Cette semaine ? Par ailleurs, confirmez-vous le déploiement d’une centaine de membres des forces françaises spéciales dans la région ? Le cas échéant, depuis quand et où ? En Libye comme le dit le journal algérien el-Khabar ?

Paris a promis un appui logistique à la force de la Cédéao. Comment va-t-il se décliner précisément ?

A : La France salue l’accord entre les autorités maliennes et la CEDEAO concernant le déploiement d’une opération africaine de stabilisation au Mali. Il s’agit d’une étape importante pour répondre aux précisions demandées par le Conseil de sécurité dans sa résolution 2056 sur le Mali.

La crise que traversent le Mali et, plus largement, le Sahel fera l’objet d’une réunion de haut niveau présidée par le Secrétaire général le 26 septembre à New York, à laquelle la France participera. Cette réunion devrait être l’occasion de renforcer la mobilisation de la communauté internationale afin d’engager une réponse concertée avec l’ensemble des acteurs concernés par la crise au Sahel et prenant en compte toutes ses dimensions : humanitaire, politique, sécuritaire, de développement.

Concernant les articles de presse que vous mentionnez, nous ne commentons pas ce type d’informations.

Enfin s’agissant d’un appui logistique, il est prématuré de l’évoquer pour l’heure, au regard du calendrier défini.