Déplacement de M. Laurent Fabius en Jordanie, Turquie et au Liban (15 au 17 août 2012)



Laurent Fabius s’est rendu du 15 au 17 août en Jordanie, au Liban et en Turquie. Au cours de cette visite, le ministre des Affaires étrangères a exprimé le soutien de la France aux réfugiés syriens, forcés à l’exil par les exactions du régime. Ce déplacement avait également une dimension politique. Laurent Fabius a eu des entretiens de haut niveau dans le cadre des efforts de la France pour promouvoir une transition politique crédible et rapide en Syrie.

Le ministre des Affaires étrangères est arrivé mercredi 15 août à Amman. Il a visité le 16 août un camp de réfugiés en compagnie de son homologue jordanien, Nasser Joudeh. Il a rencontré les personnels du groupe médico-chirurgical que la France a déployé et qui a commencé à soigner les personnes victimes des combats en Syrie. Laurent Fabius s’est entretenu également avec les acteurs humanitaires français présents dans ce camp. Il a fait une déclaration à la presse. Enfin, une rencontre avec le Roi Abdallah II était prévue.

Au Liban, le ministre a eu des entretiens avec les plus hauts responsables libanais : président, Premier ministre, président du Parlement et ministre des Affaires étrangères. Il a rencontré des acteurs humanitaires. Il a aussi eu un contact avec des opposants. Il s’est rendu en Turquie le 17 août.

En Turquie, Laurent Fabius a visité un camp de réfugiés. Il a eu ensuite à Ankara un entretien avec son homologue, M. Ahmet Davutoglu. Il a rejoint la France en fin de soirée.

Syrie (Q&R- Extrait du point de presse - 13.08.12)

Q : Outre le déplacement de Laurent Fabius en Jordanie, au Liban et en Turquie, quelles initiatives diplomatiques la France envisage-t-elle dans les prochains jours pour tenter de trouver une issue au conflit syrien ?

R : La France est fortement mobilisée en appui du peuple syrien dans sa lutte pour décider librement de son avenir, face au régime de Bachar Al Assad qui accroît encore ses exactions.

  • M. Laurent Fabius se rend après-demain et jusqu’à vendredi dans les pays voisins de la Syrie - en Jordanie, au Liban et en Turquie - pour évoquer les conséquences de la crise syrienne dans ces pays, qui accueillent un très grand nombre de réfugiés. Au cours de ce déplacement, le Ministre des Affaires étrangères exprimera le soutien de la France aux réfugiés syriens qui ont été forcés à l’exil par les violences. Dans ces trois pays, le ministre aura des entretiens politiques de haut niveau dans le cadre des efforts de la France pour promouvoir une transition politique crédible et rapide en Syrie ;
  • Le 30 août, M. Laurent Fabius présidera une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies à New York pour traiter de la crise syrienne.

A ces rencontres, s’ajoutent des contacts incessants du Ministre avec ses homologues ou l’opposition syrienne, relayés par l’action de nos Ambassades et représentations diplomatiques partout dans le monde pour promouvoir une transition politique.

L’action de la France se situe aussi sur le plan humanitaire. La France a envoyé un groupement médico-chirurgical militaire à la frontière avec la Jordanie pour venir en aide aux personnes blessées dans les combats en Syrie, notamment aux victimes de blessures par balles, et pour soutenir les réfugiés syriens.

La France agit sans relâche pour que, enfin, le régime assassin de Bachar Al Assad cède la place à une Syrie libre, démocratique et pluraliste.

Syrie (Q&R- Extrait du point de presse - 07.08.12)

Q - Outre la Jordanie, dans quels pays se rendra le ministre la semaine prochaine dans le cadre de la crise syrienne et avec quels objectifs ?

Par ailleurs l’annonce par le président de l’envoi de moyens médicaux à la frontière jordano-syrienne sera-t-elle suivie d’autres initiatives en matière humanitaire ? Une aide humanitaire française est-elle déjà acheminée vers l’intérieur de la Syrie et par quels biais ?

R - Sur votre première question, je vous renvoie à la déclaration que je viens de faire.

Sur le deuxième point, une assistance médicale sera apportée aux victimes des combats et aux réfugiés syriens en Jordanie, notamment aux personnes blessées par balle. Cette aide devrait prendre la forme d’un déploiement d’une antenne chirurgicale aérotransportable près de la frontière syro-jordanienne. Une mission interministérielle de précurseurs, composée de représentants des ministères de l’Intérieur, de la Défense et des Affaires étrangères, est partie ce matin 7 août, afin de procéder, en liaison avec les autorités jordaniennes ainsi que des ONG présentes sur place, à une évaluation des besoins qui permettra d’affiner les modalités de cette aide médicale d’urgence.

Sur le troisième point, depuis plus d’un an, la France est engagée dans le soutien matériel et financier à la population syrienne et aux victimes de la répression sous la forme de livraison de matériel médical et chirurgical et d’aide alimentaire acheminés notamment par l’intermédiaire des réseaux locaux de solidarité.

Depuis la réunion de Paris du 6 juillet, nous avons renforcé ce soutien en continuant à privilégier ces réseaux de solidarité locaux. C’est ainsi que le nombre de bénéficiaires du soutien de la France, sur le plan alimentaire, s’élève désormais à plus 100.000 personnes.

Au lendemain du 6 juillet et face à l’aggravation de la situation humanitaire à Damas et dans sa banlieue, nous avons été en mesure de faire parvenir une aide alimentaire à plus de 10.000 personnes à l’intérieur du pays et d’envoyer une dotation spécifique pour une aide médicale d’urgence. Nous travaillons actuellement pour répondre de la même manière à la situation qui prévaut à Alep et dans sa région.

Nous appuyons par ailleurs la mobilisation des Syriens, notamment des professionnels de santé, à l’extérieur du pays qui travaillent en étroite coopération avec les réseaux de solidarité à l’intérieur de la Syrie. C’est ainsi que nous avons un partenariat de longue durée, pour un total qui s’élève aujourd’hui à près de 450 000 euros, avec l’Union des organisations syriennes de secours médicaux. Ce partenariat couvre l’envoi de matériel de soin mais aussi l’appui direct aux médecins qui s’investissent dans l’action médicale auprès des victimes de la répression ainsi que le soutien à des structures de soin de terrain.

La France soutient par ailleurs de grandes organisations humanitaires internationales (CICR, UNICEF…) ainsi que les ONG (MDM, Handicap international…) lorsqu’elles sont en mesure d’apporter une aide, qu’elle soit destinée aux Syriens de l’intérieur ou aux réfugiés.

Il convient aussi de rappeler l’aide apportée par l’Union européenne aux réfugiés : dans le prolongement de la réunion de Paris, nous avons décidé, avec nos partenaires européens, de doubler cette aide. Elle s’élève aujourd’hui à 90 millions d’euros.