Le point sur n° 65 : La conférence des Nations unies sur le développement durable "Rio+20" (Rio de Janeiro, 13 au 22 juin 2012)



Rio+20 a rassemblé à un très haut niveau l’ensemble des États du monde en faveur du développement durable.

Très mobilisée, la France y était représentée par le président de la République et quatre ministres. Son implication était également marquée par la présence de représentants de la société civile et des collectivités territoriales. Fruit d’un partenariat entre le ministère des Affaires étrangères (MAE), le ministère de l’Écologie, des entreprises, des collectivités locales et des établissements publics, le pavillon français a été la vitrine de notre pays et un lieu privilégié d’échanges.

Illust: Photo d'ambiance,, 185.8 ko, 500x262
Photo d’ambiance, Rio+20 - © MEDDE - Laurent Mignaux

Les principales avancées de Rio+20 sont : la reconnaissance de l’économie verte et équitable et de la dimension sociale du développement durable ; la création d’un forum politique de haut niveau du développement durable ; le renforcement du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) ; le lancement d’Objectifs de développement durable (ODD) et la mise en valeur du rôle de la société civile.

Si la France et l’Union européenne ont beaucoup contribué à relever le niveau d’ambition de Rio+20, certaines propositions fortes n’ont pas encore abouti comme la transformation du PNUE en agence spécialisée des Nations unies, soutenue également par l’Afrique, et la mise en place opérationnelle de financements innovants.

Enfin, le texte pose d’importants jalons qui supposent un travail de suivi substantiel (ODD, gouvernance, océans, financements, etc.).