Contribution à l’initiative régionale pour la protection des récifs coralliens dans le Pacifique Sud



  • Institutions françaises porteuses : ministère des Affaires étrangères (MAE), Agence française de développement (AFD), Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM)
  • Bénéficiaire : Pacifique sud (Samoa, Cook Islands, Solomon Islands, Fidji, Vanuatu, Kiribati, Tonga, Tuvalu, Wallis et Futuna, Nouvelle Calédonie, Polynésie française)
  • Année de première signature de la Convention : 2004
  • Thématique d’intervention : Biodiversité

Contexte L’océan Pacifique héberge 40% des récifs coralliens de la planète. Ces écosystèmes maritimes représentent à la fois un patrimoine mondial exceptionnel de biodiversité et une source de revenus indispensables pour les populations locales. Pourtant, l’extraction de matériaux, les techniques de pêche agressives, la croissance des rejets polluants en zone littorale, l’érosion et les catastrophes climatiques menacent ces espaces fragiles et vitaux.

L’objet du projet est de favoriser le développement des petits pays insulaires du Pacifique Sud par la protection et la valorisation des récifs coralliens du Pacifique qui sont parmi les plus diversifiés du monde. En plus des bénéfices directs liés à la conservation des récifs coralliens, cette initiative, à l’origine d’un réseau international, est conçue comme un vecteur d’intégration régionale entre états développés et pays en voie de développement du Pacifique.

Objectif du projet L’initiative régionale française pour la protection et la gestion des récifs coralliens dans le Pacifique, portée par la France, a été labellisée sous l’acronyme de CRISP ("Coral Reef Initiatives for the Pacific") à partir de Septembre 2004.

L’initiative se structure en trois composantes :

  • Composante 1 : développement d’aires marines protégées et lutte contre l’érosion des bassins versants (volet pris en charge par le FFEM avec un cofinancement des ONG Conservation internationale et WWF)
  • Composante 2 : acquisition et diffusion des connaissances scientifiques sur la biodiversité et les écosystèmes coralliens (volet pris en charge par l’AFD)
  • Composante 3 : valorisation du potentiel économique des récifs (coordination, capitalisation, communication et vulgarisation) (volet pris en charge par l’AFD en coordination avec le MAE et le Fonds Pacifique)

Le projet est mené dans un esprit de partenariat régional, d’association des compétences et de mise en réseau et dans le souci de fournir des résultats tangibles et utiles aux décideurs comme à la population qui tire ses revenus des récifs.

Mise en œuvre du projet

  • Maîtres d’ouvrage du projet : l’ONG Conservation Internationale (CI) et la Fondation des Nations unies.
  • Bailleurs : le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM), l’Agence française de développement (AFD), le ministère des Affaires étrangères, la Fondation des Nations unies, l’ONG Conservation International (CI), World Wildlife Fund (WWF), l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et l’IFRECOR (initiative française pour les récifs coralliens).

Financement

  • Coût total de l’opération : 8,7 millions d’euros
  • Contribution de l’AFD (composantes 2 et 3) : 3 millions d’euros
  • Contribution du FFEM (composante 1) : 2 millions d’euros