Lutte contre le réchauffement climatique en Chine



  • Subvention : Agence française de développement (AFD)
  • Bénéficiaire : Chine
  • Année de création : 2006 (achevé)
  • Thématique d’intervention : Energie

Contexte Les investissements privés dans l’efficacité énergétique en Chine ne représentent actuellement que 4% des investissements totaux dans le secteur énergétique, contre 13% en 1982. Afin de promouvoir ce type d’investissement et le financement de projets d’énergie renouvelable, il était nécessaire d’inciter les banques chinoises à financer ce secteur, non seulement en mettant à leur disposition des lignes de crédit ciblées, mais aussi et surtout en les aidant à évaluer les projets.

Objectif du projet L’AFD souhaitait ainsi accompagner le financement d’investissements qui présentent un potentiel intéressant en termes d’économie d’énergie mais pour lesquels il manque des solutions de financement. En créant des compétences spécifiques dans les banques, ce projet leur a permis d’amorcer le développement de financements "verts" de façon autonome et d’accompagner davantage les projets de lutte contre le changement climatique.

Un partenariat a ainsi été engagé avec trois banques chinoises, Huaxia Bank, Shanghai Pudong Development Bank et China Merchants Bank, sous deux formes :

  • Un programme de crédit intermédié par les banques, grâce à trois concours de 20 M€ par établissement bénéficiaire, à conditions concessionnelles. En effet, ces prêts étaient destinés à être utilisées pour le financement de projets "verts" dans chaque banque.
  • Une assistance technique spécifique :
  • une assistance dite "centralisée", par l’intermédiaire d’une subvention du FFEM (Fonds français pour l’Environnement mondial) de 600 000 euros qui finance la constitution d’un pôle d’experts franco-chinois spécialisé dans les énergies vertes à disposition des banques. Ce pôle a conseillé les banques et leurs clients dans le choix des projets, dans les technologies retenues et dans l’analyse de l’efficacité énergétique attendue.
  • une assistance dite "décentralisée" prise en charge par les banques qui s’engagent, sur leurs fonds propres, à financer le renforcement de capacités de leurs équipes dans ce domaine.

Les 17 sous-projets financés ont permis d’éviter le rejet de 2 millions de tonnes de CO2 par an.

Financement Coût total de l’opération : 60 millions d’euros