Recherche d’emploi

Outils pour la recherche d’emploi

Plusieurs média diffusent des annonces d’emplois au Danemark (il n’existe en effet aucune réglementation applicable à la diffusion des offres et demandes d’emplois).

La chambre de commerce

La chambre de commerce franco-danoise (Dansk-Fransk Handelsunion) propose depuis juillet 2013 sur son site internet un service gratuit de recrutement qui a pour but de mettre en relation des entreprises avec des demandeurs d’emplois et/ou de stage français et francophones.

Chambre de commerce franco-danoise

Amaliegade 42
1256 København K
TEL (+45) 33 11 33 99
FAX (+45) 33 32 46 25

Journaux

Au niveau national, des journaux tels que Jyllands Posten, Berlingske Tidende et Politiken, Arhus Stifstidende publient un grand nombre d’annonces (notamment dans leurs éditions du mercredi et du dimanche).

L’édition du week-end du quotidien financier Borsen présente également des annonces et offre la possibilité de déposer son C.V. en ligne dans sa rubrique « TOP1000 ».

Certaines revues, publiées par les syndicats, diffusent des annonces d’emploi spécialisées : "Computerworld" et "Ingenioren" destinées aux ingénieurs, techniciens et informaticiens, "DJOF-bladet" pour les économistes et juristes, "Det Danske Bogmarked" pour l’édition et l’impression. Les différents syndicats envoient régulièrement ces revues à leurs adhérents.

Beaucoup de journaux locaux ont aussi une rubrique offres d’emploi.

Pour les emplois spécialisés, des éditions hebdomadaires ou mensuelles contenant des offres d’emploi sont publiées par les caisses d’allocation chômage ou les syndicats spécifiques. Vous trouverez les sites pour accéder aux différents syndicats sur le site Job Guide.

Sites internet

Il est vivement recommandé de consulter les "banques de l’emploi" (Jobbank) sur Internet, il en existe de nombreuses vous permettant de rédiger votre CV en ligne. Votre profil pourra être mis en relation avec une entreprise sur la base de ces informations.

La plupart des syndicats diffuse sur leur site internet des annonces d’emploi spécialisées. Ils peuvent parfois avoir leur propre service de recrutement et d’aide à la recherche d’emploi.

Vous trouverez ci-dessous les sites des "banques de l’emploi" les plus connues :

  • Eures.dk : le site EURES Denmark rassemble des offres d’emploi et une banque de CV pour les travailleurs saisonniers de l’Union européenne. Vous y trouverez aussi de nombreuses informations en anglais sur la vie et les conditions de travail au Danemark et sur la recherche d’emploi, etc.
  • Workindenmark.dk : le site officiel danois du recrutement international présente également en ligne un guide à l’usage des entreprises et des demandeurs d’emplois dont les étudiants étrangers.

A savoir :

Certains métiers liés à la santé font partie des professions règlementées au Danemark (comme par exemple masseur-kinésithérapeute, assistant pharmacien…etc.), qui doivent faire l’objet d’une demande de reconnaissance des diplômes auprès de l’institution danoise compétente. Pour de plus amples informations à ce sujet, il faut consulter le site du Centre danois de reconnaissance des diplômes étrangers.

Réseaux

Votre réseau personnel

Se réunir est une tradition et un aspect important de la culture et de la vie sociale danoise. Il existe de nombreuses associations à but divers et les danois ont pour habitude de faire partie d’associations. En effet, le networking (réseau personnel) au Danemark est un volet incontournable de la recherche d’emploi et permet d’entrer en contact avec les diverses personnes de son entourage. Cette filière est une bonne source d’informations mais ne constitue certainement pas la totalité de la recherche d’emploi. On constate que trois personnes sur quatre trouvent un emploi chaque année par cette voie informelle. De plus, on estime que 50 % environ des offres d’emploi ne transitent pas par l’AF (Pôle Emploi danois) mais sont transmises par le " bouche à oreille ".

En somme, le networking fonctionne comme un vivier d’informations et d’idées sur les opportunités d’emploi et permet de mieux s’orienter dans sa recherche d’emploi. Il se pratique même dans la vie de tous les jours, le plus souvent de manière inconsciente car on utilise le networking pour tous les aspects de la vie : par exemple lorsqu’on se retrouve entre parents d’élèves, entre membres d’associations, entre camarades d’études ou d’activités sportives ou autres.

La clé de voûte de ce réseau personnel est de faire des rencontres dans le but informel de rassembler des informations sur les tendances actuelles du marché du travail. Ceci n’est pas toujours une entreprise aisée car il peut sembler difficile d’établir des contacts appropriés. Cependant, le plus souvent, on peut dire que les personnes contactées pour connaître leur expérience, leurs conseils et leur expertise se sentent flattées. Au Danemark, les rapports sociaux sont en général plus longs à mettre en place mais plus durables aussi.

Il ne faut surtout pas hésiter à s’impliquer dans des associations pour multiplier les chances de rencontres.

Ce processus de networking permettra alors, suite aux informations collectées, de dresser un portrait plus précis et réaliste des entreprises danoises et d´établir des contacts avec les recruteurs des entreprises susceptibles de vous intéresser. Au final, dans le cas d’une candidature spontanée, vous serez en mesure de faire une véritable proposition professionnelle répondant aux attentes de l’entreprise. Cette démarche ciblée peut vous valoir d’être embauché ou du moins placé en tête de la liste des candidats en cas de recrutement dans l’entreprise.

Annuaires

Le site Internet de Kompass permet d’avoir une liste, non exhaustive, des entreprises dans chaque pays. L’accès à une liste complète est payant.

Les organismes de recherche d’emploi

Les agences pour l’emploi : « jobcenter »

91 agences pour l’emploi placées sous la tutelle des communes couvrent le territoire danois. Leurs coordonnées sont disponibles sur Jobnet.dk.

Principales missions
  • la recherche d’emploi et de main d’œuvre. Ils sont le médiateur entre les entreprises et les demandeurs d’emploi et disposent pour cela d’une base de données nationale.
  • un programme d’action ciblé sur les chômeurs ayant droit aux allocations de chômage. Ce programme comporte deux points :
    — le principe selon lequel les droits du chômeur sont accompagnés d’obligations,
    — la prise de responsabilité de l’organisation des programmes au niveau local et régional. Les formations et les stages d’initiation à la vie professionnelle constituent les domaines majeurs de cette action.
Modalités concrètes de cette action

Les chômeurs de moins de 25 ans inscrits à une caisse de chômage et percevant les allocations de chômage et qui n’ont pas complété une formation leur conférant une qualification professionnelle ont, après un chômage cumulé de six mois sur une période de neuf mois, le droit et l’obligation de suivre une formation d’une durée de 18 mois.

Les chômeurs de moins de 25 ans inscrits à une caisse de chômage et percevant les allocations de chômage et qui ont complété une formation leur conférant une qualification professionnelle ainsi que les jeunes sans formation ayant au moins deux ans d’expérience professionnelle ont le droit et l’obligation d’activation selon les mêmes règles qui s’appliquent aux autres chômeurs.

Les chômeurs ayant droit aux allocations de chômage qui ont plus de 25 ans ont certaines obligations. Par exemple, le chômeur qui refuse une offre de travail proposée, perd son droit aux allocations chômage.

Rôles connexes
  • surveiller le marché du travail et prévenir les goulots d’étranglement.
  • prospection des entreprises et services aux entreprises : par exemple l’organisation d’activités de formation pour les salariés d’une entreprise ou d’assistance pour le recrutement de personnel.

Dans cette optique, il existe un conseil en matière de formation. Ce conseil est une offre d’assistance proposée aux entreprises pour satisfaire aux besoins de formation actuels et futurs de leurs salariés. Les entreprises sont informées des cours et stages de formation pertinents et peut éventuellement établir un contact avec les lieux de formation et apporter une assistance sur le plan pratique. Les agences participent également à l’établissement de systèmes de rotation des emplois, ce qui donne aux entreprises la possibilité d’associer la formation continue de leur personnel existant avec la constitution d’une réserve de travailleurs à contrat à durée déterminée.

Les conditions d’inscription

En tant que ressortissant d’un pays de l’Union Européenne, les Français ont le droit de s’inscrire dans une agence. Ce service est gratuit et il convient d’effectuer son inscription à l’agence pour l’emploi de son lieu de résidence, soit sur place, soit en déposant un CV dans la base de données internet. Pour les personnes qui n’auraient pas l’accès à internet, il est possible d’effectuer des recherches dans les salles multimédia mises à disposition des candidats dans les différentes agences. De même, une aide à la rédaction de CV est proposée (pas de service de traduction). Pour faciliter ses démarches, le demandeur d’emploi devra justifier d’une bonne maîtrise de la langue danoise pour exercer un emploi correspondant à ses qualifications au Danemark.

Les personnes ne possédant pas de carte de résident ont la possibilité de consulter les annonces affichées quotidiennement. Celles qui ne possèdent pas encore de numéro CPR (numéro d’immatriculation personnel) peuvent tout de même s’inscrire à l’AF de leur lieu de résidence et obtenir un numéro CPR fictif, ce qui leur permettra de bénéficier des services d’une agence. Au Danemark, s’il n’est pas obligatoire de se faire inscrire comme demandeur d’emploi, l’accès aux allocations chômage est conditionné par l’inscription en tant que demandeur d’emploi et en tant qu’affilié à une caisse de chômage (voir les conditions à la rubrique intitulée Protection Sociale).

Les diverses démarches à accomplir
  • Dans les sept jours qui suivent votre départ de France, vous devez vous inscrire auprès de l’agence pour l’emploi du lieu de résidence.
  • Vous devez vous conformer aux procédures de contrôle.
  • Vous conserverez alors votre prestation de chômage pendant une période maximale de trois mois.
  • Si vous n’avez pas trouvé d’emploi pendant cette période, vous continuerez de bénéficier des prestations de chômage françaises uniquement si vous y retournez avant la fin de la période de trois mois. Si vous y retournez après cette date, sauf autorisation explicite en ce sens des services de l’emploi français, vous perdrez tous vos droits aux prestations.

Avant de quitter la France, il faut penser à se procurer, auprès de l’institution de chômage, un formulaire E 301 à présenter à l’institution danoise. Ce formulaire permet le transfert d’une caisse de chômage en France à une caisse de chômage au Danemark et indique les périodes à prendre en considération dans le calcul des prestations de chômage.

Pour le transfert des indemnités de chômage pendant les trois premiers mois, il faut se munir du formulaire E 303 avant le départ de France.

Pôle Emploi International (PEI)

Les coordonnées des différentes antennes de cet organisme par régions sont disponibles sur le site internet Emploi international.

Les agences de travail temporaire : « Vikarbureauer »

Pour bénéficier des services des agences de travail temporaire, il est vivement recommandé de parler le danois.

Les entreprises de travail temporaire disposent de bases de données actualisées avec les profils de demandeurs d’emploi et offrent des services aux entreprises ayant besoin de main-d’œuvre temporaire.

Voici la liste des principales agences :

Opportunités d’emploi et de stages

Les filiales françaises

Près de 120 entreprises françaises et filiales d’entreprises françaises sont installées au Danemark et emploient environ 13000 personnes. Elles représentent le secteur du luxe, de l’automobile, de l’agroalimentaire, des hautes technologies, de l’hôtellerie et des loisirs pour les plus importantes d’entre elles, lesquelles ont souvent une vocation régionale, et essentiellement celui de la gastronomie en ce qui concerne les PME.

Il est toujours possible d’envoyer des candidatures spontanées à ces entreprises. Néanmoins, il faut savoir qu’elles recherchent surtout des profils de personnes ayant un bon niveau de danois et ayant préalablement vécu au Danemark pendant une période significative.

Le service économique de l’Ambassade de France au Danemark dispose d’informations sur les noms des maison-mères françaises ayant une implantation au Danemark.

Ce service effectue également une collecte d’informations sur des thèmes variés concernant le Danemark. Ces publications sont souvent mises à jour et permettent d’acquérir une vue plus précise du Danemark, surtout sur le plan économique et financier.

Pour toute information complémentaire :

Kongens Nytorv 4
1050 København K
Tél. : 33 67 01 00

Les entreprises locales

Point pratique

Un grand nombre d’entreprises danoises sont tournées vers l’international. Pour l’envoi d’une candidature spontanée, il est vivement recommandé de maîtriser le danois ou au moins l’anglais couramment. La plupart des grandes compagnies danoises mettent en ligne sur leur site internet une rubrique emplois et carrières, comprenant des informations générales sur l’entreprise et les postes à pourvoir.

De manière générale, la structure du commerce et de l’industrie au Danemark présente une variété de petites et moyennes entreprises, capables de s’adapter très rapidement aux demandes du marché international.

Les entreprises danoises regroupent une importante diversité de produits et de services, incluant, entre autre, l’alimentation, l’ameublement, le textile, le design, les transports maritimes, l’énergie éolienne, les produits pharmaceutiques, les télécommunications et l’informatique.

Un nombre conséquent de ces compagnies réussissent à se distinguer au niveau international grâce aux compétences et forces concurrentielles qu’elles ont acquises.

Ces pôles de compétences se situent soit au niveau national, soit au niveau régional. Dans le secteur privé, un employé sur 5 occupe un poste dans un de ces 11 secteurs. Ceux-ci permettent aux industries danoises d’acquérir une valeur concurrentielle indéniable sur le plan international.

Vous trouverez ci-dessous une liste non-exhaustive d’entreprises danoises dans les secteurs clés nationaux et régionaux :

  • Grâce à ses nombreux ports maritimes, le Danemark profite grandement de son secteur maritime qui lui permet de réaliser ses exportations. Ce secteur comprend les compagnies de pêche, les chantiers navals, la production d’équipement, les services…etc. Il inclut les grandes compagnies telles que AP (Maersk), DFDS A/S, Scandlines A/G, Elite Rederi A/S et Odense Steel Shipyard Ltd.
  • Le Danemark est aussi un gros exportateur d’éoliennes profitant de la croissance de la demande internationale d’énergie " verte ". De nos jours, cette nouvelle forme d’énergie est capable d’entrer en compétition avec d’autres formes de production énergétique. Beaucoup d’entreprises danoises dominent ce marché, telles que NEG Micon A/S, Vestas Wind Systems, Bonus Energy A/S, LM Glasfiber A/S, AVN Hydraulik A/S, MITA, KK-electronics A/S, Niebuhr Gear Manufactory et RingkobingCountyhosts.
  • Les entreprises danoises participent pour près de 40 % au marché mondial des appareils acoustiques. Les grandes entreprises qui dominent ce marché sont au nombre de trois : Oticon, GN ReSound et Widex. Ces compagnies se situent dans la région du Grand Copenhague.
  • Aujourd’hui, en compétition avec les Etats-Unis, les producteurs danois de matériel pour la réhabilitation des personnes handicapées ont su acquérir une position forte sur le marché international. Ce secteur comprend des petites et moyennes entreprises implantées sur tout le territoire. Les compagnies qui dominent ce secteur sont Scandinavian Mobility, Ropox, Guldmand et Pressalit.
  • Le secteur des technologies électroniques connaît de nos jours une hausse significative. Ce secteur comprend plusieurs compagnies danoises telles que Grundfos, Danfoss, APC, Terma Elektronik et Bang Olufsen.
  • Le Danemark occupe une place concurrentielle dans le commerce mondial de graines, en partie grâce à l’utilisation croissante des produits biologiques. Quelques entreprises danoises dominent ce secteur et sont de relative importance et bien établies. La plus importante compagnie productrice de graines au Danemark est DLF Trifolium A/S, un des leaders mondiaux du marché.
  • L’industrie danoise de production de fourrure est principalement orientée vers l’international. En effet, le Danemark participe pour près de 40 % à la production mondiale de vison. L’acteur central dans ce secteur est le centre de fourrure de Copenhague avec l’association des producteurs de fourrure danois.
  • Le Danemark est l’un des premiers pays à investir pour l’amélioration du milieu aquatique, la demande internationale se faisant plus pressante. Les plus grandes compagnies dans ce domaine sont AVK International, Grundfos, HV-Turbo, Krüger et Per Aarsleff. Parmi les plus grands cabinets de consultants, on peut trouver Carl Bro, COWI Consult, Ramboll et DHI Water and Environment.
  • L’industrie de la réfrigération et du chauffage existe depuis plus de 100 ans au Danemark. Le secteur de la réfrigération seul emploie près de 15 000 personnes dans des entreprises de renommée mondiale comme York Refrigeration, Vestfrost, Caravell, Frigor, Elcold, Derbyand Gram Commercial. Les secteurs connexes regroupent les sociétés telles que Kamstrup (gros producteur mondial de sondes), et trois entreprises clés danoises spécialisées dans les conduites d’eau : Logstor Pipes, Starpipe, ABB Energy and Industry.
  • Le Danemark est le premier exportateur mondial de viande porcine. Ce secteur regroupe un nombre important de producteurs et de prestataires de services. Les deux plus importants abattoirs danois sont Danish Crown et Tican. Parmi les autres acteurs sur ce marché, on trouve Tulip Food Company, Tican Foods et ESS-FOOD.
  • Le secteur des produits laitiers occupe aussi une part importante dans l’industrie agro-alimentaire danoise. Le géant dans ce domaine est l’entreprise dano-suédoise Arla Foods qui contrôle la moitié de la production laitière danoise. Il existe d’autres compagnies telles que Tholstrup Chease, Naturmalk, Thise Mejeri et Cocio Chocolatemilk.

Vous trouverez ci-dessous une liste non-exhaustive d’entreprises danoises dans les secteurs régionaux :

  • Le secteur des télécommunications, très fort au Danemark, regroupe environ 48 entreprises dans le nord du Jutland, spécialisées notamment dans le domaine de la communication sans fil. Les plus grandes compagnies, à l’échelle nationale, sont Flextronics, Sonofon, ECI, Siemens, RTX, Maxon, ETI, Simrad Shipmate et Texas Instruments.
  • Après le secteur industriel et agricole, le secteur du tourisme est le domaine d’activité le plus important au Danemark. Copenhague a d’ailleurs une position très concurrentielle car la capitale danoise est le théâtre de manifestations internationales variées. Les entreprises les plus importantes liées aux activités touristiques sont : BellaCenter, Radisson SAS, Eksperimentarium et Tivoli.
  • Le sud du Jutland regroupe près de 160 entreprises du secteur de l’acier inoxydable. Dans ce domaine, on note trois compagnies internationales : GEA, APV Baher et Alfa Laval.
  • Le secteur des cultures alimentaires occupe une place privilégiée avec environ 300 serres de productions situées en Fionie. Une des plus grandes entreprises de jardinage est PKM A/S.
  • La région de l’Oresund, appelée aussi " Medicon Valley " bénéficie d’un centre de recherche international sur la biotechnologie. Ce secteur emploie 35 000 personnes dont 25 000 qui travaillent au Danemark dans des entreprises internationales importantes et dans neuf universités en Suède et au Danemark. Ce domaine réunit plusieurs pôles de compétences tels que l’industrie pharmaceutique et les équipements médicaux pour le secteur de la santé. L’industrie médicale regroupe plus de 500 entreprises et centres de recherche dans le domaine bio médical, 200 d’entre elles sont spécialisées dans la recherche et le développement. Les plus grandes sociétés sont NeuroSearch, BASF, Novo Nordisk, Radiometer, Coloplast, Lundbeck et Biogen.
  • L’industrie du textile et de l’habillement constitue l’une des sources d’exportations du Danemark. Les grandes entreprises de ce secteur sont situées dans le centre du Jutland, parmi elles Brandtex, Bestseller, Bonaparte, Pagh Morup, Lindon et JBS.
  • Le secteur des plateformes pétrolières offshores, situées dans la partie danoise de la Mer du Nord, comprend 50 à 75 entreprises, spécialisées dans les services techniques et de conseils aux compagnies pétrolières. En raison du récent ralentissement de l’activité, les compagnies (telles que ABB Alstom, MT et Semco) ont essayé de se diversifier. Les activités de ce secteur sont surtout concentrées autour de l’entreprise prépondérante, Maersk Oil and Gas, mais d’autres compagnies ont étendu leurs activités, comme par exemple Statoil.
  • L’industrie de l’ameublement est surtout spécialisée dans l’exportation de meubles en bois, dont la production est avant tout concentrée dans la partie ouest du Jutland. Il existe près d’une centaine d’entreprises d’ameublement et d’activités connexes, la plupart étant des PME. La plupart des exportations danoises sont vendues au grand groupe d’ameublement suédois IKEA. Les grandes compagnies danoises dans ce secteur sont : Magnus Olesen A/S, Bodilsen, Aage Ostergaard et Astralis A/S. Le secteur des transports est le domaine commercial le plus productif après le secteur médical. Les compagnies de transport maritime sont, pour la plupart, concentrées autour de Copenhague et des principales villes portuaires de l’ouest du Danemark (telles que Aringrhus). Par ailleurs, les activités liées aux transports sont surtout spécialisées et réparties selon les régions. Ce secteur est organisé autour d’un nombre d’associations commerciales comme DTL (l’Association danoise de logistique et transport) et Transport International Danemark etc.

Mise à jour : janvier 2014

PLAN DU SITE