Accès rapide :

Les oubliés de la liberté. Négociants, consuls et missionnaires français au Levant pendant la Révolution (1784-1798)

oubliés liberté

À la fin de l’Ancien Régime, les relations entre la France et la Turquie ottomane sont essentiellement fondées sur le commerce maritime. Les négociants marseillais en ont le monopole et leurs établissements au Levant prospèrent à la faveur des capitulations signées avec le sultan, et d’un réseau consulaire hiérarchisé que l’État monarchique a progressivement mis en place. Les consuls sont ainsi devenus avec les corps de négociants les instruments d’une politique économique ambitieuse. Mais celle-ci a ses limites imposées par les Turcs et par le roi lui-même puisque la résidence de ses sujets dans les Échelles n’est pas libre. La Révolution va-t-elle bouleverser cette organisation économique et sociale, ces microsociétés de Français implantés dans les ports de la Méditerranée orientale ? Que se passe t-il entre l’arrivée de Choiseul-Gouffier, dernier ambassadeur du roi à Constantinople (1784), et l’expédition d’Égypte (1798) ? Les sources consulaires mettent en lumière ruptures et continuités, et cet équilibre si fragile, tributaire des communications maritimes que remet en cause, à partir de 1793, la guerre avec l’Angleterre. Victimes de l’arbitraire des potentats locaux, soumis à la concurrence des autres puissances et coupés de la métropole, les résidents français au Levant deviennent les « oubliés » de cette liberté naissante et certains d’entre eux vont pousser le Directoire à intervenir militairement pour sauver leurs intérêts sans bien percevoir les conséquences de cette politique aventureuse.

Après Les Consuls de France au siècle des Lumières et Aux origines d’une alliance improbable, le ministère des Affaires étrangères poursuit avec Les oubliés de la liberté, l’étude de la présence consulaire française au XVIIIe siècle.

Amaury Faivre d’Arcier , consul-adjoint à Colombo, docteur en histoire et diplômé de l’École pratique des hautes études, est l’auteur d’un ouvrage sur Les agents de Napoléon en Égypte, 1801-1815 (1990). Helléniste et arabisant, il s’intéresse particulièrement aux relations entre la France et l’Empire ottoman à la fin du XVIIIe siècle et entend approfondir cette problématique en l’abordant sous l’angle des mentalités.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014