Accès rapide :

Accords Sykes-Picot, 1916


Illust: , 10.9 ko, 149x234


Accord par échange de lettres relatif à la création d’un État ou d’une Confédération d’États arabes dans la région syrienne (Accords Sykes-Picot). 16 mai 1916.
En 1915, l’attaque des Dardanelles par les alliés remet à l’ordre du jour la revendication russe sur Constantinople et le partage de l’Empire ottoman. De 1916 à 1922, la répartition des zones d’influence au Proche-Orient fera l’objet d’intenses tractations. La France, déjà influente en Syrie, souhaite y confirmer sa présence culturelle et économique. Londres, de son côté, pousse ses intérêt du côté du Hedjaz, et négocie avec les Hachémites de La Mecque en tentant de les convaincre de marcher contre le suzerain ottoman en leur faisant espérer la constitution d’un royaume arabe qui pourrait ensuite se placer sous leur protection.
Il revient au Français François Georges-Picot, spécialiste des questions syriennes, premier secrétaire à l’ambassade à Londres, et à l’Anglais Mark Sykes de fixer les limites entre l’Arabie britannique et la Syrie française. La négociation se conclut en mai 1916 par un échange secret de lettres entre l’ambassadeur de France à Londres, Paul Cambon, et le secrétaire au Foreign Office, Edward Grey, qui organise le futur dépeçage de l’Empire Ottoman.
Archives du Ministère des Affaires étrangères, Traités Grande-Bretagne, 19160001

Illust: , 17.6 ko, 280x262


© Archives diplomatiques

Carte des accords Sykes-Picot, 16 mai 1916. Annexe à l’échange de lettres.
La ligne dite Sykes-Picot divise la Palestine en cinq zones : deux sont placées sous administration directe de la France (littoral syrien jusqu’à la Cilicie) et de la Grande-Bretagne ( Mésopotamie en grande partie, jusqu’à l’actuel Koweit), deux ne sont que des zones d’influence, française (zone A, comportant le nord de la Syrie actuelle et Mossoul ) et britannique (zone B pour la Transjordanie et le sud de la Syrie actuelle). La Palestine est partagée en plusieurs lots, le nord de la Galilée étant dévolue aux Français, la région d’Acre et de Haifa formant enclave britannique et les Lieux saints placés sous régime international (zone brune).
Archives du Ministère des Affaires étrangères, Traités Grande-Bretagne, 19160001


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014