Accès rapide :

La nutrition

La malnutrition est un état pathologique résultant de l’insuffisance (voire de l’absence) d’un ou plusieurs nutriments essentiels dans l’alimentation, ou, à l’inverse, d’un excès de certains types d’aliments. Il peut donc s’agir de maladies de carences, comme l’anémie par carence en fer ou le retard de croissance, ou de pathologies par excès comme l’obésité due à un excès d’apport énergétique.

Plus de la moitié de la population mondiale est atteinte par une forme ou par une autre de malnutrition.

La malnutrition maternelle et infantile (MMI) fait référence à la malnutrition par carence chez la femme et l’enfant. Elle est responsable de la mort de 3,5 à 5 millions d’enfants de moins de cinq ans par an (soit plus d’un tiers de la mortalité chez les enfants) et de près de 35% des maladies chez les moins de cinq ans.

La malnutrition maternelle et infantile constitue un problème intergénérationnel et un obstacle important au développement. Elle altère le développement physique et cognitif des individus. Les séquelles en sont irréversibles après l’âge de deux ans, c’est pourquoi un apport suffisant en nutriments dès les premiers stades de la vie est essentiel.

La stratégie française en matière de nutrition

La stratégie française en matière de nutrition répond au constat que la malnutrition ne se limite pas à la question alimentaire (offre et accès à une alimentation sûre, abordable et de bonne qualité nutritionnelle) mais inclut notamment la santé, un environnement sanitaire et hygiénique adéquat, les pratiques de soins en direction de la mère et de l’enfant. L’approche française favorise une approche coordonnée et multisectorielle pour répondre aux défis de la malnutrition.

La France s’est dotée dès 2011 d’un document d’orientation stratégique (DOS) sur la nutrition dans les pays en développement, offrant un cadre de coopération et un outil de pilotage de l’aide publique française en matière de nutrition. Ce DOS constitue un cadre de référence avec des orientations stratégiques et des déclinaisons opérationnelles.

La France est engagée sur cette thématique à différents niveaux, notamment au sein de la gouvernance mondiale de la nutrition. Elle soutient en particulier les travaux du Mouvement pour le renforcement de la nutrition (Scaling-up nutrition - SUN) et travaille avec les institutions compétentes sur ce sujet, notamment le fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (OAA/FAO), l’organisation mondiale de la santé (OMS) et le programme alimentaire mondial (PAM).

Elle s’est impliquée dans l’organisation d’une conférence internationale de lutte contre la malnutrition infantile organisée par le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF-France) ainsi que d’autres acteurs clé (l’Agence française de développement (AFD), la Fondation Gates, Action contre la Faim, Médecin sans frontières, etc.) les 14 et 15 mai 2013 à Paris. Intitulée « Renforcer la sécurité nutritionnelle en Afrique subsaharienne : la voie vers la résilience et le développement », cette conférence s’est focalisée sur l’Afrique subsaharienne et a attiré près de 400 participants venant notamment de 35 pays d’Afrique.

- En savoir plus sur la conférence "Renforcer la sécurité nutritionnelle en Afrique subsaharienne : la voie vers la résilience et le développement"

Exemple de l’action de la France

Dans le cadre de l’aide alimentaire française, près de 72% des contributions ont été affectées à la nutrition en 2013, soit environ 25,3 millions d’euros. Le Comité interministériel de l’aide alimentaire (CIAA) s’efforce de maintenir notre engagement en faveur de la nutrition.

Aux interventions directes doivent s’ajouter les nombreuses interventions indirectes (éducation, santé, etc.), notamment dans le cadre des engagements de Muskoka, en faveur de la santé maternelle et infantile, avec une contribution complémentaire de 500 millions d’euros pour la période 2011-2015 pour atteindre les OMD 4 et 5 (réduction de la mortalité maternelle et infantile).

L’Agence française de Développement (AFD), opérateur du ministère des Affaires étrangères et du Développement international mène différents programmes relatifs à la nutrition dans le cadre de ses activités. Entre 2010 et 2012, le montant affecté aux programmes sur la nutrition s’élève à 8,5 millions d’euros.

Pour en savoir plus :

Mise à jour : mai 2014


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014