Accès rapide :

Promouvoir l’éducation des filles en zone rurale au Burkina Faso

Dans les pays du Sahel (Burkina Faso, Mali et Niger), les filles qui viennent du milieu rural et des familles pauvres continuent de rencontrer des difficultés et des barrières pour aller à l’école, s’y maintenir et achever leurs études. Envoyer les filles à l’école n’est pas perçu comme un investissement efficace pour nombre de familles pauvres, encore fortement attachées aux valeurs culturelles traditionnelles. Souvent les filles ne peuvent pas échapper au mariage précoce ou aux travaux domestiques pour aider leur famille.

Au Burkina Faso, la gratuité de l’enseignement primaire instauré en 2008 a engendré un goulot d’étranglement pour l’accès au secondaire, en particulier pour les filles : 31 filles du primaire sur 100 entrent en 6e et 17 sur 100 terminent le sous-cycle. Les taux nets de scolarisation (TNS) demeurent inférieurs à ceux des garçons, même au primaire (61%).

Dans l’objectif de réduire les disparités entre les filles et les garçons, le ministère des Affaires étrangères et du Développement internationale finance un projet de promotion de la scolarisation des filles en zone rurale mis en œuvre par le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), partenaire de longue date sur cette thématique.

Le projet favorise l’accès et le maintien à l’école des filles des zones rurales (centre Nord et Plateau central) par le biais des 4 axes stratégiques suivants :

1. soutien à la scolarisation des filles issues des familles les plus pauvres et/ou vulnérables par un allègement des coûts liés à leur scolarisation et des mesures de soutien scolaire, clubs d’éveil pour l’autonomisation des filles ;

2. renforcement des capacités des enseignants pour leur permettre de prendre en charge les besoins spécifiques des filles et des garçons, et créer un environnement sain et protecteur au niveau de l’école, réforme du règlement intérieur des écoles primaires pour y intégrer les questions de genre ;

3. prévention et réponse aux violences basées sur le genre au milieu scolaire, campagne nationale d’implication des adolescentes et des jeunes filles dans la lutte contre la violence en milieu scolaire, forum régional des Associations de mères d’élèves (AME) sur la lutte contre la violence basée sur le genre en milieu scolaire ;

4. mobilisation pour l’abandon des pratiques traditionnelles néfastes, campagne nationale « zéro grossesse en milieu scolaire ».

Les premiers résultats font ressortir une meilleure participation des filles bénéficiaires du projet, une amélioration de leurs performances scolaires et une prise de conscience générale de la problématique des violences de genre en milieu scolaire. Cependant, les coutumes sociales semblent persister, avec de forts taux de mariages et de grossesses précoces.

En novembre 2013, le ministère des Affaires étrangères et du Développement international, en collaboration avec l’UNICEF et avec l’Initiative des Nations unies pour l’éducation des filles (UNGEI), a organisé un atelier régional à Ouagadougou sur la lutte contre les violences de genre en milieu scolaire en Afrique de l’Ouest francophone.

L’objectif de l’atelier était d’envisager une meilleure prise en compte des violences de genre dans la planification et la programmation éducatives. Une quarantaine de participants venus de 7 pays d’Afrique de l’Ouest ont ainsi pu établir des stratégies nationales d’intégration de ces formes de violences à l’école dans leurs plans sectoriels.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014