Accès rapide :

OPP-ERA : Améliorer le suivi des personnes vivant avec le VIH à travers un meilleur accès aux tests de mesure de la charge virale VIH et au diagnostic VIH des nourrissons (12 juillet 2013)

Lancement du projet OPP-ERA au Burundi

Dans le cadre du projet OPP-ERA, la première cérémonie de lancement nationale a eu lieu le 12 juillet 2013 à Bujumbura, Burundi. Organisée par l’ANSS – Association Nationale de Soutien aux Séropositifs et malades du Sida – en partenariat avec SIDACTION, l’événement s’est tenue au Centre Turiho de l’ANSS. Ayant pour objectif d’informer les parties prenantes de lutte contre le VIH du projet, cette cérémonie a réuni environ 70 personnes dont la Ministre de la Santé publique et de la lutte contre le Sida. Au Burundi, le projet sera mis en oeuvre par l’ANSS et SIDACTION, en étroite collaboration avec le Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida (MSPLS).

Financé par UNITAID avec un co-financement des partenaires, OPP-ERA est mis en oeuvre par France Expertise Internationale (FEI) – chef de file, Ensemble pour une Solidarité Thérapeutique Hospitalière En Réseau (GIP ESTHER), l’Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les hépatites virales (ANRS), Solidarité thérapeutique et initiatives contre le sida (SOLTHIS) et Sidaction dans quatre pays cibles : le Burundi, le Cameroun, la Côte d’Ivoire et la Guinée. La première phase du projet a démarré le 1er mars 2013 pour une durée de 16 mois.

L’utilisation de la mesure de la charge virale (CV) VIH est nécessaire pour assurer un traitement adapté. Les recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé, publiées en juillet 2013, confirment son caractère essentiel dans le suivi des patients sous traitement antirétroviral.

Favorisant le modèle « Open Polyvalent Platforms » (OPP), le projet vise à l’ouverture du marché des technologies de la charge virale à de nouveaux fournisseurs et donc à la concurrence. Parmi les nombreux avantages de ce modèle figurent notamment la compatibilité des composants entre les différents fournisseurs et un usage polyvalent permettant la réalisation de tests de plusieurs maladies sur une même machine (charge virale VIH, hépatites, diagnostic tuberculose, etc.), en plus du diagnostic des nourrissons pour le VIH. Les premiers mois du projet ont été consacrés à une étude de marché préliminaire en préparation à un appel d’offre international qui sera publié en septembre 2013 et auquel répondront des fournisseurs intéressés. En parallèle, deux missions ont été effectuées dans les quatre pays afin d’évaluer les besoins et de déterminer les sites cibles, et d’anticiper les questions relatives à l’achat et à la distribution des produits.

Au Burundi, deux plateformes polyvalentes ouvertes (OPP) seront installées : l’une au laboratoire du Centre Turiho de l’ANSS et l’autre dans un laboratoire de Bujumbura qui sera prochainement désigné par le MSPLS.

Durant la première phase du projet, il est prévu de réaliser environ 4 500 mesures de charges virales VIH sur ces deux OPP. Les analyses démarreront après l’installation des équipements et réactifs (début 2014) et se poursuivront sur toute la période janvier – juin 2014.

Doc:Améliorer le suivi des personnes vivant avec le VIH à travers un accès aux tests de mesure de la charge virale VIH et au diagnostic VIH des nourrissons , 286.5 ko, 0x0
Améliorer le suivi des personnes vivant avec le VIH à travers un accès aux tests de mesure de la charge virale VIH et au diagnostic VIH des nourrissons - (PDF, 286.5 ko)

A propos de France Expertise Internationale

Etablissement public français au service de la coopération internationale et du développement, France Expertise Internationale assure l’ingénierie et la conduite de projet au profit de bailleurs et clients bi et multilatéraux.

Au-delà de l’assistance technique dans le domaine de la santé que FEI porte depuis plusieurs années, l’établissement a développé une expertise dans le secteur de la lutte contre les grandes pandémies et les maladies émergentes. FEI assure notamment la mise en oeuvre de l’Initiative 5%
sida – tuberculose - paludisme, contribution indirecte de la France au Fonds mondial pour répondre aux demandes en expertise technique des pays francophones, pour les appuyer dans la conception, la mise en oeuvre, le suivi-évaluation et la mesure de l’impact des subventions afin de renforcer leur efficacité et leur impact sanitaire.

Pour plus d’information sur FEI : www.fei.gouv.fr


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014