Accès rapide :

Education et formation professionnelle

Une stratégie française pour l’éducation

L’éducation est l’une des clés de voûte des politiques de développement et l’une des priorités de l’aide française au développement. La France y consacre en moyenne 14% de ses crédits annuels depuis 2002.

Un choix stratégique

C’est un choix stratégique en faveur d’une croissance durable et de la lutte contre la pauvreté sous toutes ses formes. C’est aussi une condition de la transition démographique des pays en développement et un facteur d’amélioration de la santé des populations. L’éducation augmente les compétences des individus dans tous les secteurs de l’économie, moderne et traditionnel, urbain et rural, privé et public. Elle contribue à la hausse du niveau de vie et facilite l’insertion dans l’économie mondiale.

Un choix solidaire

C’est un choix solidaire, pour une certaine vision de la vie en société, où les hommes naissent libres et égaux en droits, mais ne peuvent exercer ces droits que par l’accès de tous aux connaissances, langues, savoir-faire et idées. L’éducation est la condition de l’épanouissement personnel, de la participation à la vie civique et de l’accès à un travail décent.

Un choix de la communauté internationale

C’est aussi le choix de la communauté internationale, avec la prise de conscience de l’enjeu essentiel de l’Éducation pour Tous à partir des années 1990, réaffirmé avec force à Dakar en 2000, et repris la même année par les Nations unies dans les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD 2 et OMD 3) visant la scolarisation primaire universelle et la parité d’accès à l’éducation entre les garçons et les filles d’ici 2015. Les progrès considérables accomplis par beaucoup de pays en quelques années montrent que cet objectif ambitieux peut devenir réalité.

Mais cet élan est en train de s’essouffler : pour la première fois depuis 2000, la scolarisation plafonne (57 millions d’enfants non scolarisés en 2013) voire régresse, comme en Afrique subsaharienne (31 millions d’enfants non scolarisés en 2010 contre 29millions en 2008).

Un choix de la communauté francophone

C’est enfin le choix de la communauté francophone qui établit une relation essentielle entre le français, langue d’ouverture et de développement, et l’éducation. La France, qui joue un rôle moteur dans la diffusion de la langue française, parlée par plus de 200millions d’individus, a, avec l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), une responsabilité particulière à cet égard au sein de la communauté internationale.

Pour être efficace, l’investissement éducatif doit s’inscrire dans une vision globale du développement, s’adapter aux différents terrains linguistiques et besoins des populations, s’articuler à tous les niveaux – du primaire au supérieur – avec la formation professionnelle pour l’insertion économique, et répondre aux besoins particuliers en formation des cadres. Les politiques d’éducation et de formation sont le complément indispensable des stratégies nationales de création et de valorisation de l’emploi ; elles favorisent l’insertion économique et placent le capital humain au cœur du développement.

Les 5 orientations françaises en matière d’éducation

Dans cet effort, la France s’attache à renforcer la complémentarité entre interventions bilatérales et partenariats multilatéraux au travers de cinq orientations  :

  • accompagner les réformes ;
  • promouvoir la qualité ;
  • renforcer les capacités ;
  • travailler en partenariat ;
  • cibler l’aide française.

Publications présentant la stratégie française en matière d’éducation

Pour en savoir plus :

Mise à jour : mai 2014

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014