Accès rapide :

Santé

La France, acteur majeur en santé mondiale

La politique internationale de la France en matière de santé s’inscrit dans une stratégie qui associe réalisation des objectifs du développement durable (ODD) et renforcement de la sécurité sanitaire internationale.

La réalisation des ODD et plus particulièrement de l’ODD n°3, consacré à la santé, est un enjeu de première importance pour la France. Cela se traduit notamment par un renforcement des systèmes de santé (RSS), la promotion de la couverture santé universelle (CSU) et la valorisation les ressources humaines en santé. La défense des droits humains et de l’équité en santé, l’intégration de l’approche genre dans toutes les politiques de santé et une prise en compte de tous les âges de la vie constituent d’autres enjeux.

La France œuvre également au renforcement de la sécurité sanitaire internationale. L’épidémie à virus Ebola a été un révélateur de la fragilité des systèmes de santé des pays d’Afrique de l’Ouest et des progrès que doit accomplir l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en tant qu’organe de régulation de la santé mondiale. L’enjeu actuel est de contribuer à la réforme de l’OMS et de reconstruire sur le terrain des systèmes de santé plus résilients avec des professionnels de santé compétents.

3 grands principes guident la politique internationale de la France en matière de santé :

  • L’engagement de la diplomatie française pour influer sur la bonne gouvernance des organismes internationaux en santé. La France soutient la réforme de l’OMS, qui repose notamment sur un appui aux pays dans leur prise de décision en cas d’alerte sanitaire.
  • La mobilisation de tous les acteurs publics et privés français intervenant en santé internationale. Cette action repose principalement sur ses deux grands opérateurs techniques (l’Agence française de développement et Expertise France). L’expertise médicale française est en outre efficace et reconnue. Nous bénéficions en effet d’un un système universitaire et d’établissements hospitalo-universitaires (CHU) performants, d’une grande diversité (publics et privés) et réparti sur tout le territoire, ainsi que de nombreux centres de recherche et entreprises privées. Enfin, la présence française sur la scène internationale, via notamment son réseau d’ONG, lui confère une image de marque en matière de médecine humanitaire.
  • L’intégration des déterminants de la santé dans sa politique de santé internationale. La France intègre les enjeux nutritionnels comme volets essentiels de la bonne santé et s’engage dans différentes initiatives pour lutter contre la malnutrition aigüe et chronique (SUN, UNITLIFE…). Elle amorce une réflexion sur la prévalence croissante des maladies non transmissibles (diabète, maladies cardio-vasculaires, tabagisme, cancers…). Elle tient compte des évolutions actuelles en matière de climat, d’environnement et de biodiversité. Il s’agit pour la France d’intégrer en matière de santé les recommandations de la COP 21.

La politique internationale de la France dans le domaine de la santé, centrée sur la personne, s’articule autour de 2 priorités thématiques :

  • La lutte contre les maladies transmissibles : face à la résurgence et à la mondialisation des maladies transmissibles, la France s’est, dès 2001, fortement engagée dans la lutte contre les épidémies (sida et tuberculose, et récemment hépatites et Ebola) et contre les maladies vectorielles (paludisme, dengue, Zika). Elle est le deuxième contributeur au Fonds mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme et finance pour moitié UNITAID, qui fournit l’innovation et réduit les coûts d’accès aux produits de santé sur ces maladies. La France soutient également l’alliance pour la vaccination et l’immunisation (GAVI). Elle consacre aujourd’hui plus de 500 millions d’euros par an, en dons, à ces 3 dispositifs.
  • La santé de la mère et de l’enfant : Dans le cadre de l’Initiative Muskoka, la France a contribué à hauteur de 500 millions d’euros additionnels sur 5 ans à l’amélioration de la santé reproductive, sexuelle, maternelle et infantile (SSRMI), ainsi que celle des jeunes et des adolescents.

Mise à jour : 23.03.2016

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016