UNESCO - Candidature d’Audrey Azoulay au poste de directrice générale - Déclaration de Jean-Yves Le Drian (6 octobre 2017)

La semaine prochaine sera décisive pour l’avenir de l’UNESCO. Les 58 Etats membres du conseil exécutif éliront la personne qui sera proposée à la conférence générale, début novembre, pour être la prochaine directrice générale ou le prochain directeur général de l’organisation.

La France présente à ce poste la candidature d’Audrey Azoulay, ancienne ministre de la culture et de la communication.

C’est parce qu’elle est membre fondateur de l’UNESCO, Etat du siège, que la France s’engage aussi fortement pour aider l’organisation à renouer avec le rayonnement moral et intellectuel qui fonde son mandat au sein du système des Nations unies. La lutte contre l’obscurantisme qui menace chacune de nos sociétés, les valeurs de respect, de dialogue et d’écoute sont plus que jamais au cœur des défis contemporains. La diffusion de la connaissance, la promotion d’une éducation de qualité pour tous, la protection du patrimoine de l’Humanité et de notre environnement, l’autonomisation des femmes et des filles sont les tâches attendues prioritairement de l’UNESCO. Dans un monde où la liberté d’opinion et d’expression est trop souvent remise en cause, il est essentiel que l’UNESCO poursuive son mandat pour la libre circulation des idées, en mobilisant tous les moyens nécessaires pour promouvoir notamment la liberté de la presse et la protection des journalistes. C’est sur ces principes essentiels que se jouera l’élection de la semaine prochaine.

La France fait écho à ces priorités au sein des instances multilatérales pour accompagner l’action de l’UNESCO. La décision de porter son niveau d’aide publique au développement à 0,55% du revenu national brut d’ici à 2022 annoncée par le président de la République et la coprésidence de la prochaine conférence de financement du partenariat mondial pour l’éducation, essentielle pour se donner les moyens d’atteindre collectivement l’objectif du développement durable sur l’éducation pour tous tout au long de la vie, participent de cette volonté.

C’est tout le sens de la candidature que porte Audrey Azoulay au nom de la France et qui vise à redonner les moyens à l’UNESCO de renforcer son action de terrain, de moderniser ses méthodes et de s’ouvrir à la jeunesse. Son expérience politique, diplomatique et managériale est l’assurance d’un leadership visant une UNESCO performante, inclusive et respectueuse de tous, qui rassemble toutes les nations du monde.

PLAN DU SITE