Accès rapide :

Syrie – Nations unies – Entretien de Jean-Marc Ayrault avec Staffan de Mistura, envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie (Paris, 10 février 2017)

Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, s’est entretenu avec Staffan de Mistura, envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie.

Jean-Marc Ayrault et Staffan de Mistura ont fait le point sur la situation politique et sécuritaire en Syrie comme sur la préparation des négociations intersyriennes dont la reprise est prévue le 20 février à Genève. Pour que ces négociations réussissent, il importe que l’opposition puisse être représentée de manière crédible.

Jean-Marc Ayrault et Staffan de Mistura ont également évoqué la situation humanitaire critique dans laquelle se trouve toujours la population civile en l’absence de déploiement de l’aide.

La France souhaite que les négociations intersyriennes aboutissent à une transition politique conforme au communiqué de Genève et à la résolution 2254 du conseil de sécurité des Nations unies. Une telle transition est indispensable pour permettre un retour durable de la paix en Syrie et un combat efficace contre le terrorisme.

Image Diaporama -
Image Diaporama -
Image Diaporama - Photo : B. Chapiron / MAEDI

Photo : B. Chapiron / MAEDI

Image Diaporama - Photo : B. Chapiron / MAEDI

Photo : B. Chapiron / MAEDI

Image Diaporama - Photo : B. Chapiron / MAEDI

Photo : B. Chapiron / MAEDI

Image Diaporama - Photo : B. Chapiron / MAEDI

Photo : B. Chapiron / MAEDI

Q&R - Extrait du point de presse du 10 février 2017

Q - « Pour que ces négociations réussissent il importe que l’opposition puisse être représentée de manière crédible », est-ce que cela signifie que le format qui a été reconnu en 2016 avec trois sessions de négociations ne correspond plus par rapport à la France, à l’état actuel des faits et qu’il faut modifier la composition de la délégation de l’opposition ?

R - Nous sommes attachés à la représentativité de l’opposition et de toutes ses composantes dans les négociations. C’est ce que redira le ministre à Staffan de Mistura cet après-midi.

Q - Il y a eu une sorte de conflit entre Staffan de Mistura et le Haut comité des négociations (HCN), lorsque Staffan de Mistura a déclaré que si le HCN n’arrivait pas à désigner une délégation représentative des Syriens, c’est lui qui irait procéder à la nomination de la délégation. Est-ce que cela correspond à votre point de vue ?

R - Staffan de Mistura aura l’occasion de vous expliquer en fin d’après-midi à l’occasion du point de presse, comment s’engageront ces négociations puisque c’est lui qui est l’envoyé spécial des Nations unies et du secrétaire général des Nations unies et qui est chargé de l’organisation de ces négociations.

En tout cas, le message de la France, c’est l’attachement aux négociations sous l’égide de l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies. C’est le premier message. C’est dans ce cadre-là que les discussions peuvent être le plus efficace.

Le deuxième message, c’est qu’il faut aller vers une transition et discuter dans le cadre qui a été tracé par la résolution 2254 du conseil de sécurité, qui fixe les paramètres de cette négociation et son objectif.

PLAN DU SITE