Accès rapide :

La France et l’UNESCO

Brève

Prix international Henri La Fontaine pour l’humanisme

Vous avez jusqu’au 15 octobre 2014 pour envoyer votre candidature pour prétendre à ce prix destiné à honorer des personnes vivantes, des institutions ou organismes publics, privés en activité qui contribuent activement à la défense, la transmission et l’actualisation des valeurs qui furent celles défendues par Henri La Fontaine (prix Nobel de la paix en 1913) telles que l’humanisme, la justice sociale, le féminisme et le libre-examen.

Membre fondateur de l’UNESCO, la France est État du siège de l’Organisation qui réunit les délégations de 195 pays à Paris. Notre pays se situe au 5ème rang des contributeurs au budget ordinaire de l’UNESCO. Nos compatriotes représentent près d’un quart des personnels de l’UNESCO.

L’action de la France à l’UNESCO est interministérielle : le ministère de l’éducation nationale, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche le ministère de la culture et de la communication, le ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie interviennent chacun dans leur domaine de compétence.

Le ministère des affaires étrangères suit les questions politiques, institutionnelles et budgétaires et coordonne l’action des différentes administrations.

Ainsi coordonnée, l’action de la France est relayée par la Délégation française auprès de l’UNESCO ainsi que par la Commission nationale française pour l’UNESCO (CNFU). Celle-ci joue le rôle particulier d’interface entre l’UNESCO et la société civile française : elle est notamment chargée de l’animation des réseaux des écoles et chaires universitaires associées de l’UNESCO, et de mobiliser les réseaux d’experts scientifiques.

Les priorités de la France à l’UNESCO s’inscrivent dans le cadre du mandat de l’organisation en faveur de la paix. Elles poursuivent notamment l’objectif d’un développement durable. Cela concerne particulièrement les pays les moins avancés d’Afrique. Il s’agit par exemple de l’accès à une éducation de qualité, dans une perspective plus générale de l’égalité hommes-femmes.

La France est à l’origine de la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles et milite par ailleurs en faveur du multilinguisme.

Notre pays a ratifié toutes les grandes conventions de l’UNESCO en matière protection du patrimoine. A ce jour, l’UNESCO a inscrit sur la liste du patrimoine mondial 38 biens culturels ou paysagers situés en France, dont, en 2012 le bassin minier Nord Pas de Calais, et, dans le cadre du patrimoine immatériel, 11 traditions et savoir-faire, comme le repas gastronomique français.

L’expertise scientifique française participe également aux programmes de l’UNESCO, tels que la Commission océanographique internationale qui étudie notamment les mesures de prévention de tsunamis ; le Programme hydrologique international qui s’intéresse à la gestion des ressources en eau ; le programme Homme et biosphère qui préserve la biodiversité à travers un réseau de parcs naturels protégés.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014