Accès rapide :

Conseil Affaires générales et Relations extérieures (Luxembourg, 26 et 27 octobre 2009)

Bernard Kouchner et Pierre Lellouche ont participé au Conseil Affaires générales et relations extérieures (CAGRE) des 26 et 27 octobre à Luxembourg.

Le Conseil a débuté lundi à 15h00 par une session consacrée aux affaires générales. Les travaux ont été dominés par la préparation du Conseil européen des 29-30 octobre et l’examen des points soumis à la discussion des chefs d’Etat et de gouvernement, en particulier les questions institutionnelles, la situation économique et financière et la définition de la position européenne en vue du sommet de Copenhague sur la lutte contre le changement climatique. En matière institutionnelle, les ministres ont examiné deux rapports respectivement consacrés à la préparation de la mise en œuvre du traité de Lisbonne et à l’établissement du Service européen d’action extérieure (SEAE).

Les ministres des Affaires étrangères se sont retrouvés lundi 26 pour un dîner de travail consacré à l’Iran et aux Balkans occidentaux. Sur l’Iran, ils ont fait le point sur le dossier iranien à la suite des réunions de Genève et de Vienne. Sur les Balkans occidentaux, la discussion a porté sur la situation en Bosnie Herzégovine, après les rencontres qui ont eu lieu ces dernières semaines à Butmir entre la présidence suédoise de l’Union européenne, les Etats-Unis et les autorités politiques bosniennes en vue de surmonter les blocages actuels pesant sur l’avenir européen de ce pays.

Mardi 27 octobre, le CAGRE a poursuivi ses travaux sur les relations extérieures en évoquant la situation en Afghanistan et au Pakistan, le processus de paix au Moyen Orient et Sri Lanka.

Sur l’Afghanistan, les discussions ont porté sur le processus électoral en cours après l’annonce de l’organisation d’un second tour de l’élection présidentielle le 7 novembre prochain. Les ministres ont aussi adopté un plan d’action destiné à renforcer l’engagement de l’UE en Afghanistan et au Pakistan, conformément à ce qui avait été décidé en juin. Ce document vise à hiérarchiser les priorités de l’aide européenne dans ses deux pays et à améliorer la coordination entre les différents bailleurs, dans la perspective de la mise en place du futur gouvernement afghan. Le Conseil a adopté aussi des conclusions sur l’Afghanistan et le Pakistan. La situation en Guinée a également été évoquée, y compris les travaux en cours concernant les sanctions.

Sur le Proche-Orient, les ministres ont procédé à un échange de vues sur la possible contribution de l’Union européenne en vue d’une relance du processus de paix. Le ministre a évoqué les résultats de son voyage au Liban.

Le Conseil a aussi examiné la situation au Sri Lanka et a adopté des conclusions qui portent en particulier sur la question des personnes déplacées encore détenues dans des camps et encouragent les autorités sri lankaises à s’engager dans un processus politique global incluant toutes les parties.

- Lire le point de presse de Bernard Kouchner (Luxembourg, 27 octobre 2009)

"La situation en Guinée est soumise à un contrôle très particulier avec des visites qui seront organisées au nom du Secrétaire général des Nations unies, qui a décidé d’une enquête internationale. Parallèlement, comme vous le savez, un médiateur avait été nommé - il s’agit de M. Blaise Compaoré, président du Burkina Faso. Il s’est déjà rendu sur place et a participé à cette seconde séance à Abuja où tout le monde s’est mis d’accord pour que la pression continue, que le médiateur poursuive son travail et que la Commission d’enquête se rende au plus vite en Guinée."


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014