Accès rapide :

UE/Maroc - Négociations d’un accord de libre échange (Q&R- Extrait du point de presse - 4 mars 2013)

Q : Le Maroc et l’Union européenne (UE) ont lancé vendredi les négociations pour un Accord de libre échange complet et approfondi (Aleca) à l’occasion de la visite à Rabat du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. La négociation d’un accord pour faciliter les procédures d’octroi des visas pour certaines catégories de personnes, en particulier les étudiants, les chercheurs et les hommes et femmes d’affaires a été également discuté. Comment la France accueille-t-elle le lancement de ces négociations ?


R : Sur votre première question, nous sommes satisfaits de l’annonce du lancement des négociations d’un accord de libre-échange complet et approfondi.

Le Maroc, dont les liens avec l’Union européenne sont solides et anciens, est le premier pays du Sud de la Méditerranée à s’engager dans de telles négociations. Au-delà de l’importance de ses échanges commerciaux avec l’Union européenne, supérieurs à 24 milliards d’euros en 2011, le lancement de ces négociations s’inscrit dans une relation de confiance qui a été confirmée ces dernières années (accord d’association de 1996, reconnaissance en 2008 d’un statut avancé).

La proposition faite par l’Union européenne en 2011 de lancer les négociations de tels accords de libre-échange avec plusieurs pays du voisinage Sud de la Méditerranée fait partie intégrante de la politique européenne de voisinage, en cohérence avec le Partenariat de Deauville. Ces accords constituent des instruments efficaces pour la sécurisation des investissements et le développement des échanges commerciaux. Ils permettront de stimuler la croissance économique et la compétitivité en Méditerranée.

S’agissant de votre deuxième question, la France soutient la mise en place d’un partenariat pour la mobilité avec le Maroc. Nous sommes en effet convaincus qu’il permettra à l’Union européenne et au Maroc de disposer d’un cadre opérationnel pour aborder les problématiques de mobilité et les questions migratoires. Notre objectif doit être de parvenir à un accord équilibré, intégrant à la fois des facilitations de visas pour certaines catégories de personnes et des procédures de réadmission efficaces.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014