Résultats satisfaisants du test de la navette sans chauffeur à Taipei

Taïwan

Actualité
Taïwan | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement | Horizon 2020 : innovations et progrès techniques
5 septembre 2017

Dans le cadre de la démarche « smart city », la ville de Taipei a fait une expérience plutôt concluante : le premier bus électrique sans conducteur !

Du 1er au 5 aout, Taipei a testé sa toute première navette autonome sur l’avenue Xinyi à Taipei. Ce véhicule électrique de fabrication française, dénommé EZ10, ne peut transporter pour l’instant que 12 passagers et ne peut rouler qu’à une vitesse de 10 kilomètres/heure. Sans poste de conduite, cette navette 100% électrique est entièrement autonome grâce à un système informatique qui peut réagir aux dangers et freiner ou accélérer si besoin.

Et les résultats de cette expérience sont concluants. Ces véhicules pourront être utilisés en parallèle des autres bus et pourront être particulièrement utiles lors des heures de pointe, ou tard le soir. Il s’agit bien là d’une avancée technologique dans le domaine du développement des véhicules intelligents à Taïwan. C’est également un véritable succès pour l’entreprise française Easymile. La startup toulousaine a déjà testé ses navettes électriques sur plus de 50 sites dans 14 pays !

Taïwan est bien positionné dans le développement des voitures sans conducteurs, car le pays est déjà capable de produire les principaux composants, tels que les panneaux informatiques, les routeurs, les moteurs et les systèmes de gestion des batteries. Il reste toutefois encore beaucoup à faire tant sur le plan des infrastructures que sur le plan règlementaire, avant qu’un service régulier de navette automatique ne puisse être mis en place. Le test effectué montre que ce véhicule ne peut rouler qu’à une vitesse très faible, et dans un environnement hautement contrôlé. Par ailleurs, des progrès significatifs dans le développement des véhicules pilotés par intelligence artificielle (IA) semblent impossibles à atteindre dans l’immédiat. Néanmoins, les paliers permettant de voir cette technologie apparaître sont franchis les uns après les autres.

La révolution numérique impacte en profondeur le secteur automobile et offre des perspectives quasi-illimitées pour rendre la conduite et la vie à bord plus agréables et plus sûres. Communicante, connectée et autonome : la voiture du future est déjà là. Grâce à une IA embarquée à bord, les voitures sont dotées d’un système « Lidar », à la fois capteur et émetteur d’ondes radio, permettant de visualiser l’environnement autour d’elles et de mesurer les distances.
D’après Business Insider, elles seront plus de 380 millions sur les routes d’ici 2021 : « le marché de la voiture ressemble à celui des téléphones intelligents en 2010 : il est prêt à exploser ». Néanmoins, d’après une récente étude de l’institut Gartner, près de 55% des personnes interrogées en Allemagne et aux États-Unis se disent défavorables à l’avènement de cette nouvelle technologie, car on ne maîtrise pas encore assez les risques.

Sources :

Rédactrice :
Morgane Schuhmann, morgane.schuhmann[at]diplomatie.gouv.fr
https://www.france-taipei.org/

PLAN DU SITE