Le lauréat du prix Tang suggère à Taïwan d’investir dans la recherche fondamentale en biotechnologies

Taïwan

Actualité
Taïwan | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
29 septembre 2017

Au cours d’un congrès annuel de la Fédération Européenne des Sociétés de Biochimie (FEBS), le biologiste Sino-américain Feng Zhang, également lauréat du Prix Tang, a suggéré à Taïwan d’investir en recherche fondamentale et translationnelle afin d’aider le pays à établir une présence mondiale dans le secteur des biotechnologies.

Le congrès annuel de la FEBS, co-organisé par la Fondation du Prix Tang et l’Union Internationale de Biochimie et de Biologie Moléculaire (IUBMB), a rassemblé un public de plus de 1,000 personne.
Au cours de celui-ci, Feng Zhang a suggéré au pays d’investir en recherche fondamentale et translationnelle, afin d’aider Taïwan à établir une présence mondiale dans le secteur des biotechnologies. La recherche translationnelle, aussi appelée recherche de transfert, est une composante majeure de la recherche biomédicale. D’après l’Institut Américain National de la Santé (le « National Institute of Health »), il s’agit d’un concept qui traduit les efforts à produire des applications concrètes et rapides à partir de la recherche fondamentale, et au bénéfice des patients.

Zhang, biologiste et lauréat du Prix Tang, développe actuellement une nouvelle technique d’édition du génome avec un tout nouvel algorithme permettant une meilleure réparation des gènes. Il espère que cette technique sera plus précise et plus efficace et qu’elle sera appliquée au traitement des cellules du foie, du cerveau et de d’autres organes.
En 2016, il a partagé le Prix Tang en sciences bio-pharmaceutiques avec Emmanuelle Charpentier (France) et Jennifer Doudna (États-Unis), pour avoir développé le CRISPR/Cas9, une nouvelle plateforme d’édition génétique, qui promet de révolutionner la recherche biochimique et le traitement de la maladie.
Créée en 2012 par l’entrepreneur Taïwanais Samuel Yin, la Fondation du Prix Tang est chargée de promouvoir ce prix, décerné tous les deux ans à des individus ou des institutions qui ont contribué à l’un de ces quatre domaines : développement durable, sciences bio-pharmaceutiques, sinologie et droit. Chaque lauréat, également appelé « Prix Nobel Asiatique », reçoit la somme de 40 millions de dollars taiwanais (1,1 million d’euros). La coopération entre la Fondation du prix Tang et les meilleurs organismes de recherche au monde encourage l’éducation et la connaissance de ces 4 matières.

Sources :

Rédactrice :
Morgane Schuhmann, morgane.schuhmann[at]diplomatie.gouv.fr
https://www.france-taipei.org/

PLAN DU SITE