Brèves de recherche - mars 2017

Suisse

Brève
Suisse | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement | Agronomie et alimentation | Science de la matière : matériaux, physique, chimie, optique | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique
31 mars 2017

Actualités de la recherche en Suisse - mars 2017

Des batteries à carburant liquide pour puces électroniques

Des chercheurs de l’ETH Zurich et d’IBM Research à Zurich ont mis au point, par impression 3D, une batterie redox à cellules à circulation miniature utilisant les principes de microfluidique. Cette batterie, d’une puissance nette de 0.99 W/cm2, peut être utilisée à la fois pour produire l’électricité nécessaire à une puce électronique et comme système de refroidissement de cette puce.

Plus d’informations :

Source :

Une perturbation légère suffit à tromper les systèmes de reconnaissance par deep learning

Des chercheurs de l’EPFL et de l’ENS de Lyon ont identifié une perturbation universelle simple qui trompe la reconnaissance d’images par des systèmes utilisant l’apprentissage de réseaux de neurones profonds. Ces travaux interrogent la robustesse et la sécurité de ce type de systèmes.

Plus d’informations :

Source :

L’influence du Soleil pourrait ralentir le réchauffement climatique

Un groupe de chercheuses et chercheurs de l’Observatoire physico-météorologique de Davos, de l’Eawag, de l’ETH Zurich et de l’Université de Berne a estimé par des simulations numériques l’influence des variations de l’activité solaire sur le climat terrestre. Ces travaux suggèrent une baisse de la température d’un demi-degré lorsque que l’activité solaire atteindra son minimum dans les prochaines décennies.

Source :

Un capteur pour surveiller la qualité du stockage des fruits

L’Empa, Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche, a développé un système de capteur permettant de suivre avec précision la température interne de différents fruits au cours de leurs transport et entreposage. Le capteur inséré dans un fruit artificiel permet le suivi de la température nucléaire des fruits. Les chercheurs recherchent actuellement des partenaires industriels pour son développement.

Source :

Rédactrice :
Emilie Fallet – Chargée de mission scientifique et universitaire en Suisse - emilie.fallet[a]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE