Des nouvelles du secteur spatial en Suède

Suède

Actualité
Suède | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement
15 mai 2017

Des nouveaux radios télescopes, la plus grosse fusée-sonde européenne, un module lunaire, la recherche suédoise en pleine forme dans le domaine spatial.

Les télescopes jumeaux de Onsala

La Suède inaugure le 18 mai 2017 deux nouveaux appareils de détection et mesure de la planète Terre ainsi que de ses mouvements. Les « jumeaux » de l’Observatoire Spatial d’Onsala font 13,2m de diamètre chacun et permettront de détecter les mouvements de la Terre dans l’espace en utilisant les ondes radios émises par les trous noirs centraux de plusieurs galaxies lointaines.
Financé par la Fondation Knut et Alice Wallenberg et l’université Chalmers, ces télescopes font partie d’un réseau international (International VLBI Service, IVS) impliquant 20 pays, dont la France, qui va permettre une observation du mouvement terrestre 24h sur 24 tout au long de l’année.
À terme, les mesures faites par ces télescopes permettront aussi de suivre le niveau des mers par rapport au centre de la Terre, avec pour but de tester différents modèles de changement climatique ; de calculer les mouvements des plaques tectoniques ; d’observer les variations de la rotation et de l’inclinaison de l’axe de la Terre…

Illust: Les "jumeaux" de, 255.4 ko, 750x340
Les "jumeaux" de Onsala

Les deux nouveaux radio télescopes en blanc, avec en fond leur grand frère construit en 1963, sur le site de l’OSO (Onsala Space Observatory) sur la côte ouest de la Suède

Source  : Revue de presse de l’université de technologie de Chalmers http://www.chalmers.se/en/centres/oso/news/Pages/Onsala-Twin-Telescopes-ready-to-observe.aspx

La plus grosse fusée-sonde européenne lancée avec succès depuis la base de lancement d’Esrange

Le 7 avril dernier Maxus 9, la plus grosse fusée-sonde jamais envoyée par l’Europe, a décollé avec succès depuis la base spatiale d’Esrange, située dans le nord de la Suède et gérée par la Swedish Space Corporation (SSC). Cette fusée-sonde avait à son bord 9 outils d’expérimentation sur la microgravité ainsi qu’un démonstrateur technologique pour un total de 579 kg, envoyés à 678 km d’altitude. Le tout a été récupéré quelques heures plus tard en bon état par les scientifiques qui vont maintenant s’atteler à décrypter les résultats de ces expériences.
Maxus 9 est aussi une avancée majeure dans le domaine des fusées-sondes car il s’agit d’un instrument guidé, ce qui ouvre la voie à de nouvelles applications potentielles, telle que la mise en orbite de petits satellites par exemple.
Le programme Maxus est un partenariat entre Airbus et la SSC, financé par l’ESA (l’agence spatiale européenne).

Illust: Maxus 9 lors de (...), 4.4 ko, 220x330
Maxus 9 lors de son décollage

La plus grosse fusée-sonde tirée depuis l’Europe, Maxus 9, le 7 avril 2017

Source  : Revue de presse de la Swedish Space Corporation (SSC)
http://www.sscspace.com/news-activities/all-news-archives/2017/europes-largest-sounding-rocket-successfully-launched-from-esrange

La Suède de retour sur le sol lunaire

Courant avril 2017, l’Institut suédois de Physique de l’Espace (IRF, Institutet för rymdfysik), a délivré un instrument qui ira sur la Lune au cours d’une mission de l’Académie des sciences chinoise prévue fin 2018. L’instrument en question - dénommé ASAN pour Advanced Small Analyzer for Neutrals - étudiera l’impact des vents solaires sur la surface lunaire pendant 3 mois au moins.
Le dernier instrument suédois sur la Lune était une caméra utilisée au cours de plusieurs missions Apollo.

Illust: ASAN, le prochain, 297.9 ko, 1383x949
ASAN, le prochain module suédois qui foulera le sol lunaire

ASAN, pour Advanced Small Analyzer for Neutrals, ira sur la Lune fin 2018

Source  : Revue de presse de l’Institut Suédois de Physique de l’Espace http://www.irf.se/Topical/Press/?docid=185&dbsec=P3

Rédacteur  : Clément Brousse, clement.brousse[at]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE