Monika Rychtarikova, « femme scientifique de l’année » récompensée pour ses travaux sur l’acoustique des bâtiments

Slovaquie

Actualité
Slovaquie | Sciences de l’ingénieur : aéronautique, mécanique, électronique, génie civil | Horizon 2020 : innovations et progrès techniques
25 août 2016

Le prix de la « Femme Scientifique Slovaque de l’année » a été remis au printemps dernier au docteur Monika Rychtarikova, chercheuse au sein du Département de la Construction d’Ouvrages de la Faculté de Génie Civil de l’Université Technique Slovaque. Récompensée pour son travail dans le domaine de l’acoustique des bâtiments, elle travaille aujourd’hui à l’amélioration des méthodes d’analyse acoustiques afin de réduire la pollution sonore in fine.

Illust: Remise du prix. (...), 54.1 ko, 448x359
Remise du prix. Crédits : Jan Michalik, NCP VaT pour CVTI.
Jan Michalik, NCP VaT pour CVTI.

• Remise de prix et travaux de recherche

Le prix de la « Femme Scientifique Slovaque de l’année » a été remis à Monika Rychtarikova le 10 mai 2016 par Peter Plavčan, Ministre de l’Education et de la Recherche, à l’occasion d’une cérémonie organisée par le Centre Slovaque d’Information Technique et Scientifique et l’Académie Slovaque des Sciences sous les auspices du président de la République Slovaque Andrej Kiska.

Chercheuse au sein du Département de la Construction de Bâtiments de la Faculté de Génie Civil de l’Université Technique Slovaque, Mme. Rychtarikova a été récompensée pour ses contributions scientifiques dans le domaine de l’acoustique des bâtiments. Ses travaux de recherche se concentrent principalement sur la psychoacoustique, qui relie les caractéristiques physiques du son à la sensation auditive qu’il provoque chez l’être humain, ainsi que sur l’acoustique virtuelle, qui permet de concevoir virtuellement les sources sonores et d’écouter les performances acoustiques d’une salle avant même de l’avoir construite.

Les membres du jury ont tenu à souligné le projet de recherche de Mme. Rychtarikova qui consiste à aider les personnes aveugles à mieux s’orienter dans les espaces intérieurs. Son travail l’a amené à s’intéresser à l’écholocation, la capacité de détection des obstacles environnants basée sur la réflexion du son, très utilisée chez les dauphins ou les chauves-souris. Il est connu que les personnes aveugles ou malvoyantes développent un sens auditif plus performant. Grâce à l’écholocation, elles peuvent estimer avec précision la taille d’une pièce ou la distance des obstacles et ainsi mieux se déplacer dans leur environnement. En représentant virtuellement l’écholocation, il est possible de concevoir des espaces bénéficiant d’une meilleure acoustique permettant aux personnes malvoyantes de pouvoir se déplacer plus facilement.

Illust: Artificial omni-dire, 339.1 ko, 525x288
Artificial omni-directional sound source in an anechoic chamber. Crédits : Quentar, Michal Starosta, Tomáš Solár.
Quentar, Michal Starosta, Tomáš Solár

Un autre projet important du docteur Rychtarikova concerne le développement d’une méthodologie pour les tests acoustiques permettant d’évaluer l’isolation des bâtiments. L’objectif du projet est de s’assurer que les valeurs définies par les normes acoustiques actuelles répondent bien aux exigences de qualité et de confort sonore des usagers.

• Projet européen et perspectives

Le docteur Rychtarikova coopère depuis des années avec d’autres scientifiques en Europe, en particulier avec l’Université Catholique de Louvain pour laquelle elle travaille depuis 2006. Depuis 2016 et jusqu’en 2020, elle coordonne le projet de recherche européen « Advanced physical-acoustic and psycho-acoustic diagnostic methods for innovation in building acoustics », financé à hauteur de 750 000 euros dans le cadre du programme de financement de la recherche européenne Horizon2020.

L’objectif du projet est d’améliorer les méthodes de diagnostic acoustique afin de réduire in fine la pollution sonore, considérée par l’Agence Européenne pour l’Environnement comme un problème de santé environnementale majeur.

Les conclusions de leurs recherches devraient permettre aux architectes et designers de concevoir des bâtiments moins bruyants d’un nouveau genre. Les résultats profiteront tant aux universitaires qu’aux entrepreneurs partenaires, qui pourront développer des éléments de construction disposant d’une meilleure isolation phonique.


Sources :

Pour en savoir plus :

Contact : monika.rychtarikova [at] stuba.sk
Rédactrice :

Marie-Flore Michel, Chargée de mission pour la Coopération Scientifique, Ambassade de France en Slovaquie.
Contact : marie-flore.michel [a] diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE