La salive, fluide de diagnostic du futur

Slovaquie

Actualité
Slovaquie | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie | Médecine individualisée
1er août 2017

Des scientifiques slovaques de la Faculté de Médecine de l’Université Comenius de Bratislava étudient actuellement le potentiel de la salive, fluide biologique connu de tous pour ses fonctions hydratantes, à permettre le diagnostic de certaines maladies.

Rôle et composition de la salive

Fluide secrété par les glandes salivaires, la salive a un rôle d’humidification des muqueuses buccales et des dents. Elle joue également un rôle essentiel lors de la mastication des aliments. Notamment constituée d’eau (à 99%), de sels minéraux, d’urée, de glucose et d’hormones, elle contient aussi des protéines ayant une fonction primordiale dans la digestion des aliments : des enzymes digestives (amylase, lipase…). La digestion des glucides commence dans la bouche grâce à la salive et notamment grâce à l’amylase salivaire qui transforme les molécules d’amidon en glucose. En plus de ces composés participants à la digestion des aliments, la salive contient des matériaux génétiques (ADN, ARN) riches en informations et également de multiples marqueurs reflétant l’état physiologique des personnes. Ce sont ces derniers qui intéressent particulièrement les chercheurs de la Faculté de Médecine de l’Université Comenius de Bratislava dans le cadre du diagnostic de la maladie de Crohn, et notamment la doctorante Katarína Janšakova (Institut de biomédecine moléculaire).

Illust: Katarína Janšakova,, 73.1 ko, 300x200
Katarína Janšakova, Institut de biomédecine moléculaire (Crédits photo : Katarína Janšakova)

Diagnostiquer la maladie de Crohn grâce à des marqueurs salivaires

• La maladie de Crohn en quelques mots

La maladie de Crohn est une Maladie Inflammatoire Chronique de l’Intestin (MICI) qui a les caractéristiques d’une maladie auto-immune : les scientifiques pensent actuellement qu’elle serait due à une réaction immunitaire excessive de l’organisme contre des virus ou des bactéries présentes dans l’intestin. Les symptômes de cette affection chronique sont multiples : diarrhée, vomissements, douleurs abdominales, fatigue, amaigrissement, etc. Le diagnostic actuel de la maladie se fait via des prélèvements sanguins, l’analyse de selles et peut aller jusqu’à un examen endoscopique (fibroscopie gastrique, colonoscopie).

• Vers un diagnostic biologique non invasif de la maladie

L’équipe de chercheurs de l’Institut de biomédecine moléculaire étudie la possibilité de diagnostiquer cette maladie par une méthode non invasive via la salive. Ils mettent au point des tests permettant de mesurer des marqueurs de l’inflammation, des hormones et des marqueurs de stress oxydatif présents dans la salive et qui pourraient être utiles au diagnostic de la maladie de Crohn. Dans une interview accordée au magazine Veda Na Dosah, Katarína Janšakova a précisé que l’analyse de la salive ne pourrait pas remplacer les examens classiques mais serait très utile dans le diagnostic et le suivi de la progression de la maladie, d’autant plus qu’elle peut être facilement collectée.

• Quelques problématiques restent encore à résoudre

L’utilisation de la salive comme fluide biologique pour le diagnostic de maladies est encore discuté, au sein même de cette équipe de chercheurs slovaques. En effet, la composition de la salive varie selon le moment de la collecte (avant ou après un repas) mais aussi selon l’alimentation en elle-même (contenu en anti-oxydants…) ou encore selon l’hygiène bucco-dentaire. Ceci peut alors influencer les résultats des analyses effectuées concernant la mesure de certains marqueurs de stress oxydatif et de l’inflammation, et des hormones. C’est la raison pour laquelle l’équipe de chercheurs slovaques travaillant sur cette problématique met en place des protocoles de collecte de la salive de telle sorte à éviter tout biais dans les résultats des mesures effectuées sur les personnes impliquées dans leurs études. Les résultats de ces études n’ont pas encore été publiés à l’heure actuelle.

Sources  :

Rédactrice  : Adèle Picquet, Chargée de mission pour la Coopération Scientifique et Universitaire, Ambassade de France en Slovaquie, http://sk.ambafrance.org

Contact  : adele.picquet[a]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE