Ingénierie et technologies de fabrication à Singapour

Singapour

Brève
Singapour | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Sciences de l’ingénieur : aéronautique, mécanique, électronique, génie civil
14 octobre 2016

Cet article traite du développement de l’ingénierie et des technologies de fabrication « Advanced Manufacturing and Engineering (AME) » à Singapour. Ce secteur est identifié comme axe stratégique principal pour les cinq prochaines années et les efforts de recherche collaborative et multidisciplinaire sont fortement soutenus par les institutions singapouriennes et les financements publics.

Illust: Fig1. Chaîne de (...), 140.8 ko, 882x420
Fig1. Chaîne de production de moteurs Dyson à Singapour

Dyson advanced motor manufacturing facility


Dyson

En 50 ans, Singapour a continuellement fait évoluer son modèle de développement du secteur manufacturier. Au début des années 60, la production industrielle (de composants électroniques par exemple) devient un pilier de l’économie singapourienne. Le modèle se base alors sur une main d’œuvre peu qualifiée réalisant une production intensive. Dès les années 70, le modèle évolue dans l’idée de développer les compétences des travailleurs et d’apporter une première couche de valeur ajoutée. Par la suite, dans les années 90, c’est le développement de la technologie et des techniques de production qui permettent à la Cité-Etat d’améliorer sa compétitivité et de se placer en tant que hub pour l’Asie du Sud-Est (c’est à ce moment que le port de Singapour dépasse le port japonais de Yokohama en termes de reconnaissance sur la scène internationale). Depuis les années 2000, Singapour mise sur le développement du savoir et ses universités (notamment la Nanyang Technological University, et la National University of Singapore) s’introduisent sur les classements internationaux (QS ranking) et se créent leurs places parmi les meilleures universités asiatiques pour enfin, aujourd’hui, miser sur l’innovation.

Illust: Fig2. Répartition du, 207 ko, 1018x582
Fig2. Répartition du PIB par secteurs

Fig1. Répartition du PIB par secteurs


A*STAR (Agency for Science, Technology and Research)

Le secteur industriel (ingénierie et de la fabrication de pointe) en 2015 représente environ 20% du Produit Intérieur Brut avec des prévisions de développement jusqu’à 3% sur l’année 2016. Cette industrie représente plus de 500 000 emplois[1] (représentant 8,9% des 5 607 000 habitants[2] à Singapour), principalement sur les domaines de l’électronique (27%), du biomédical (20%), de la chimie (15%), des transports (14%) et de l’ingénierie de précision (13%).

Pour développer les capacités technologiques et les nouveaux procédés qui favorisent la croissance et la compétitivité du secteur de l’ingénierie et de la fabrication, Singapour injecte S$ 3,3 milliards dans les 5 prochaines années via son nouveau plan de financements. Le budget global du nouveau plan quinquennal de financement RIE2020, s’élève à S$ 19,1 milliards sur 5 ans, soit environ €12,2 milliards ce qui représente une augmentation de 18% par rapport au budget national quinquennal précédent.

Ce budget se réparti principalement sur 4 domaines identifiés :
● 17% (S$ 3,3 milliards) Advanced Manufacturing and Engineering (AME)
● 21% (S$ 4 milliards) Health and Biomedical Sciences (HBMS)
● 2% (S$ 400 millions) Services and Digital Economy (SDE)
● 5% (S$ 900 millions) Urban Solutions and Sustainability (USS)

Le reste des financements seront attribués à plusieurs programmes intersectoriels et multidisciplinaires laissant une marge de manœuvre aux acteurs privés et académiques en terme d’innovation. Il est important de noter que les montants alloués aux domaines de l’ingénierie et du biomédical paraissent à première vue disproportionnés par rapport aux autres domaines (SDE et USS). Ce déséquilibre est dû au fait que le biomédical et l’ingénierie demandent de forts coûts de structure (acquisition de parcs de machines industriels, coûts de fonctionnement d’outils de pointe, systèmes complexes, équipements en salles propres) comparé aux autres domaines pour lesquels l’innovation ne passe parfois que par du logiciel.

[Pour en savoir plus sur le plan de financement RIE2020, cliquez-ici]

Une fois le plan nouveau quinquennal émis, les différentes agences et institutions singapouriennes définissent leurs axes stratégiques de développement en concordance. C’est ainsi que A*STAR (Agency for Science, Technology and Research), organisme officiel relevant du Ministère du Commerce et de l’Industrie de Singapour (MTI) et à la fois acteur de la recherche via ses différents instituts mais aussi agence de financements pour cette Recherche, émet son adaptation de ce plan de financement [3] . C’est ainsi que l’Agence, afin de capitaliser sur la plus large gamme d’opportunités économiques, sélectionne ses propres secteurs clés :

Illust: Fig3. Secteurs (...), 250.6 ko, 440x473
Fig3. Secteurs industriels verticaux et champs technologiques transverses
A*STAR (Agency for Science, Technology and Research)

Ainsi, 8 secteurs industriels verticaux et 4 axes technologiques transverses permettront de développer une stratégie sur toute la chaîne de valeur et de renforcer les liens entre les institutions publiques de recherche et les acteurs privés.

Dans cette lancée, l’Agence consolide son centre Advanced Remanufacturing and Technology Center (ARTC) en coopération avec la Nanyang Technological University (NTU) inauguré en 2015. Ce centre, en plus de SimTech (Singapore Institute of Manufacturing Technology) qui développe différentes technologies de fabrication (et par extensiond’usinage) en incluant de nouveaux procédés et automatismes, renforce la présence de Singapour sur ces secteurs industriels.

Pour en savoir plus sur les activités du Advanced Remanufacturing and Technology Center :

[Pour accéder au site internet de ARTC - Advanced Remanufacturing and Technology Center, cliquez-ici]

Pour citer un autre impact direct des financements du RIE2020 (National Research Foundation), Singapour a ouvert son premier centre international de fabrication additive, le "Singapore Centre for 3D Printing" (lien externe) dans l’Université Technologique de Nanyang (NTU) en partenariat avec les universités locales et des acteurs industriels (comme Keppel ou ST Engineering).

Références / Sources :

[1] https://www.mti.gov.sg/ResearchRoom/SiteAssets/Pages/Economic-Survey-of-Singapore-2015/BA6.1_AES2015.pdf

[2] http://www.singstat.gov.sg/statistics/latest-data#16

[3] https://www.a-star.edu.sg/Portals/0/research/RIE2020%20AME%20Roadshow.pdf

— 
Autres articles à lire :

— 
Rédacteur :
Antoine de Marassé – Chargé de mission scientifique (Sciences de l’Ingénieur) – Institut Français Singapour – Ambassade de France – antoine.demarasse chez ambafrance-sg.org

PLAN DU SITE