Rapport annuel du BEIS (2017)

Royaume-Uni

Actualité
Royaume-Uni | Politiques de recherche, technologiques et universitaires
24 août 2017

Le rapport annuel sur les dépenses et performances du ministère britannique en charge des affaires, de l’énergie et de la stratégie industrielle (BEIS) a été publié le 25 juillet 2017.

Quelques faits et chiffres marquants pour l’année 2016-2017 :

  • La création du BEIS, issu de la fusion des anciens départements des affaires (BIS) et de l’énergie (DECC), annoncée le 14 juillet 2016.
  • L’augmentation du salaire horaire minimum national à 7,50 £, effective depuis le 1er avril 2017. Le salaire horaire minimum a ainsi augmenté de 30%.
  • La publication de la stratégie industrielle (Livre Vert) en janvier 2017, orientée vers la compétitivité à long terme du Royaume-Uni.
  • Le Francis Crick Institute a ouvert ses portes en 2016. C’est un institut interdisciplinaire de recherche biomédicale, basé à Londres, hébergeant 1 250 scientifiques.
  • Le BEIS a donné son feu vert pour la construction de la centrale nucléaire Moorside. Une fois opérationnelle, la centrale devrait fournir 7% de l’électricité du Royaume-Uni, alimentant 6 millions de foyers pendant 60 ans avec une énergie à faible teneur en carbone.
  • 26% de femmes dans les conseils d’administration britanniques : c’est le chiffre trouvé par le rapport de Lord Davies « Women on boards : 5 year summary » et publié par le BEIS. Ce travail a été complété par la publication du rapport d’Hampton-Alexander « FTSE women leaders » sur les femmes leaders.
  • Un financement supplémentaire de 4,7 milliards de livres sterling pour la recherche et le développement a été annoncé par le gouvernement en novembre 2016 et devrait s’étendre jusqu’à 2020-21 (Voir : SST, Commentaires sur l’« Autumn Statement » du Chancelier de l’Echiquier, décembre 2016).
  • La ratification de l’accord de Paris sur le climat par le Royaume-Uni le 22 avril 2016. Le Royaume-Uni s’était préalablement joint aux négociations en décembre 2015.
  • Le britannique Tim Peake, le français Thomas Pesquet et d’autres spationautes sont revenus sur Terre après avoir passé respectivement 186 jours et 196 jours dans la Station spatiale internationale, menant des recherches et effectuant des activités de maintenance. Tim Peake est le premier britannique à devenir spationaute auprès de l’Agence spatiale européenne (ESA).
  • La British Business Bank a lancé le fonds d’investissement "Northern Powerhouse Investment Fund" (NPIF), doté de 400 millions de livres sterling, en février 2017. Ce fonds vise à stimuler l’économie du Nord de l’Angleterre et à aider les entreprises de la région.
  • Des recherches financées par le National Environment Research Council (NERC) ont constaté une amélioration de l’état de couche d’ozone au-dessus de l’Antarctique. Dans les années 1980, des études scientifiques avaient mené à un accord international visant à limiter la production de substances responsables de l’appauvrissement de la couche d’ozone.

Les principales dépenses effectuées par le BEIS entre mars 2016 et mars 2017 sont les suivantes :

  • 3 352 M£ pour les Research Councils ;
  • 3 210 M£ pour la Nuclear Decommissioning Authority ;
  • 1 992 M£ pour financer le Higher Education Funding Council for England (HEFCE) pour la science et la recherche ;
  • 761 M£ pour Innovate UK ;
  • 545 M£ pour la mise en place du programme Renewable Heat Incentive qui encourage les particuliers et les entreprises à installer des systèmes de chauffage fonctionnant avec des énergies renouvelables ;
  • 373 M£ pour l’UK Space Agency ;
  • 333 M£ pour l’International Climate Fund, dans le cadre de l’engagement du gouvernement à consacrer 0,7% du revenu national brut à l’aide à l’étranger ;
  • 265 M£ de soutien aux industries énergivores.

Source : BEIS Annual Report and Accounts 2016-17, July 2017

Rédactrice : Stéphanie Dos Santos, attachée scientifique adjointe

PLAN DU SITE