Un nouvel anticorps développé au Japon contre le virus de la leucémie bovine

Japon

Japon | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement | Agronomie et alimentation
7 juillet 2017

En 2016, 3125 cas de leucose bovine enzootique ont été répertoriés au Japon, ce qui en fait la maladie d’origine infectieuse la plus commune parmi les bovins dans le pays. La maladie est également commune dans d’autres pays asiatiques, en Amérique, au Canada ou encore en Afrique du Sud, pays qui connaît une séroprévalence de 90%.

Développée suite à l’infection par le virus leucémogène bovin (VLB), la maladie se caractérise par trois phases, dont la dernière dite tumorale apparaît entre 4 et 10 ans après l’infection. Celle-ci conduit à une altération de la réponse immunitaire des bovins et vraisemblablement à une réduction de la production laitière selon les études. La phase tumorale est également à l’origine de mortalité.

Pour les éleveurs de troupeaux à grand effectif, l’infection par le VLB peut représenter des pertes économiques importantes, notamment dans la mesure où celle-ci limite le commerce et l’exportation de bovins séropositifs. Par ailleurs, comme il n’existe actuellement aucun vaccin ou traitement pour stopper la progression de la maladie, la politique menée pour le contrôle de la maladie nécessite l’élimination du bétail infecté.

Le Prof Okagawa et d’autres chercheurs de l’Université d’Hokkaido et de l’Université du Tohoku ont développé un anticorps chimérique rat-bovin pour lutter contre ce virus, il cible la protéine PD-1.

Protéine de surface des lymphocytes T, PD-1 (Programmed-Cell Death 1) a été découverte en 1992 par un autre chercheur japonais, le Prof Honjo de l’Université de Kyoto. L’interaction de PD-1 avec des protéines membranaires de cellules cancéreuses ou d’origines virales entrainent une suppression de l’activité fonctionnelle des lymphocytes T et donc de l’immunité.

Dans le cas du VLB, l’anticorps développé par les scientifiques japonais a été administré à des vaches infectées par le virus et a permis de bloquer l’interaction entre PD-1 et son ligand viral et de restaurer chez les bovins infectés une défense immunitaire antivirale efficace.

Source : Okagawa T., et al. Anti-Bovine Programmed Death-1 Rat-Bovine Chimeric Antibody for Immunotherapy of Bovine Leukemia Virus Infection in Cattle. Frontiers in Immunology. 2017.

Rédaction : Thibaut Dutruel, ch.mission.sdv chez ambafrance-jp.org

PLAN DU SITE