Accès rapide :

Le gouvernement japonais s’implique dans l’élaboration des normes de sécurité des véhicules autonomes

Japon

Japon | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique
2 février 2017

L’arrivée des véhicules autonomes sur les routes japonaises semble relever d’un futur de plus en plus proche. Des tests sont déjà effectués dans certaines zones citadines ou rurales et les industriels japonais rivalisent d’inventivité pour développer des technologies intelligentes. Le gouvernement encourage ces initiatives et se penche de son côté sur le sujet des réglementations qui encadreront l’utilisation de cette nouvelle génération de véhicules.

Le Ministère des transports japonais a annoncé lundi 30 Janvier la mise en place de standards destinés aux véhicules autonomes dès l’automne 2017 [1]. Ces nouvelles normes s’alignent avec les directives des Nations Unies qui travaillent sur des régulations de sécurité communes à l’international pour encadrer la conception des véhicules autonomes.

Le Japon et l’Europe sont particulièrement actifs au sein du groupe de travail des Nations Unies chargé de l’harmonisation des règlements encadrant le secteur automobile et plus particulièrement sur les véhicules autonomes.

Pour les industriels japonais de l’automobile, cette annonce est particulièrement encourageante. En effet, ils disposeront grâce à ces normes de référentiels leur permettant d’orienter les recherches et les nouvelles technologies développées afin de s’assurer qu’elles soient exploitables au Japon (dans un premier temps tout du moins) lors de leur mise sur le marché.

Il est de plus déjà connu que les standards annoncés par le ministère prévoient des technologies de sécurité intégrées dans les systèmes de conduite des véhicules autonomes. Les industriels japonais, c’est par exemple le cas de Toyota, travaillent d’ores et déjà sur ces technologies et n’hésitent pas à former des collaborations avec des universités et des chercheurs extérieurs.

Un exemple de ce type de collaboration a récemment vu le jour. Une équipe rassemblant des élèves des universités de Tokyo et Keio ont formé une collaboration avec Tier IV (entreprise qui développe des technologies pour les véhicules autonomes) pour développer des technologies de traitement de données pour les systèmes de véhicule autonomes [2].

Rédacteur
Emma-Louise SCAPPATICCI – ch.mission.stic[at]ambafrance-jp.org

PLAN DU SITE