Shenkar fait son show : dans les coulisses d’un des incubateurs de l’innovation industrielle israélienne

Israël

Actualité
Israël | Politiques de recherche, technologiques et universitaires
12 septembre 2017

En 1970, Aryeh Shenkar, fondateur et premier président de l’Association des Industriels Israéliens, décide de construire une nouvelle école au service de l’industrie israélienne : le « Shenkar College of Engineering, Design and Art », abrévié Shenkar. Son but : fournir l’industrie israélienne en ingénieurs et designers. Pari réussi ? Pour y répondre, il suffisait de franchir les portes de Shenkar lors de l’exposition de la promotion 2017. Entre art, fashion, design et innovation, la plongée au cœur d’une des sources d’innovation du pays est pleine de surprises, d’enseignements et de coup de cœurs.

Du 17 au 31 juillet, Shenkar (Shenkar College of Engineering, Design and Art) ouvrait ses portes pour son exposition des œuvres de la promotion de cette année. Cette école de design et d’ingénierie industrielle, fondée en 1970, propose une multitude de licences (« Bachelor » en anglais) en 4 ans sur les thèmes du design, de l’ingénierie et de l’art. Portant le nom de son fondateur, Aryeh Shenkar, premier président de l’Association des Industriels Israéliens, l’école poursuit sa mission originelle : pourvoir l’industrie du pays en ingénieurs et designers créatifs, innovants, mais surtout à la pointe de la technologie. D’Israël seulement ? Pas vraiment, la réputation de l’école ayant largement dépassé les frontières d’Israël, de nombreux diplômés sont accueillis à bras ouverts à l’international, notamment dans le domaine de la mode où l’école est classée dans le top 10 mondial (Business of Fashion, 2016). C’est pourquoi l’exposition annuelle des œuvres de ces étudiants est très attendue et des milliers d’israéliens, étudiants, famille d’étudiants, voisins, industriels, touristes, et autres amateurs d’arts et de design en profitent pour découvrir les mille et une merveilles sorties tout droit de l’esprit des étudiants fraichement diplômés. Pour deux semaines, l’école se transforme donc en une gigantesque galerie, où chaque étage ou section présente les œuvres des étudiants d’un département différent. Issus de projets de groupe ou individuels, les œuvres et travaux effectués par les étudiants lors de différents cours sont ainsi exposés au côté de leurs travaux de fin d’études, ces derniers étant le fruit d’un long et minutieux travail.

Ne connaissant pas grand chose à la mode, j’ai testé pour vous les œuvres du département de design industriel. L’exposition commence par les œuvres issues des différents projets que les étudiants ont réalisés tout au long de leur formation : objets du quotidien ou simple chaise, le tout forme un mélange éclectique de couleurs, formes mais aussi matériaux. Bois, papier, plastique mais aussi métal et simple pierre, chaque matériau trouve sa place. Une fois passée la première salle, les espaces à l’arrière présentent le cœur de l’exposition, les œuvres du projet de fin d’études des étudiants. Issues de long mois de travail, ces œuvres ont peu en commun, si ce n’est qu’elles proviennent du travail d’un étudiant, ont été désignées comme une solution innovante à une problématique et si certaines sont un peu futuristes, la plupart répondent à un problème actuel, souvent de façon élégante. Du canapé gonflable au déambulateur-jouet pour enfant hospitalisé en passant par les enceintes en matériaux recyclés, les œuvres sont totalement différentes les unes des autres. Certaines sont pratiques, d’autres écologiques, ou économiques, mais nombreuses sont celles qui ont pour but d’aider des personnes dans le besoin (handicap, maladie, etc.).

J’ai sélectionné pour vous quelques œuvres :

  • Avec son Suelo (voir photo ci-dessus), Shy-lee Sidi, 27 ans et diplômée de design industriel cette année, propose une solution élégante à un problème rencontré par un quart des femmes occidentales : comment muscler leur plancher pelvien pour éviter de futurs problèmes ? Suelo a été conçu pour permettre aux femmes d’effectuer des exercices spécifiques à ces muscles, partout et sans complexe : l’appareil se plaçant simplement entre les jambes, le type d’exercice est contrôlé via une application smartphone.
PNG - 144 ko

Photo 1 : Suelo, Appareil portative individuelle permettant aux femmes de muscle leur muscles pelvien de façon simple et pratique (photos : courtoisie de Shy-lee Sidi, designer du Suelo)

  • Nimrod Jack a lui décidé de s’attaquer à un autre problème : l’absence d’infrastructure à l’encontre des personnes sans domicile fixe. Il propose ainsi un banc (photo 2) dont la taille permet à un homme adulte de taille moyenne de s’allonger en plaçant sa tête sur un rebord placé à cet effet. Le banc contient également deux places de rangement situées sous le banc et facilement accessibles. En accessoire, un pilier horloge-douche est proposé pour accompagner le banc fournissant heure, lumière, mais aussi eaux potables pour boire ou se laver, une étagère, ainsi qu’un miroir.
PNG - 148.5 ko

Photo 2 : Banc public à l’usage de personne sans domicile fixe. Imaginé par Nimrod Jack, diplômé de Shenkar 2017. Photo du prototype taille réelle à gauche et photo du modèle miniature à droite. (photographe : Oz Habibi)

  • Un dernier coup de cœur : un appareil pour aider les aveugles à « lire » les formes et les visages. Braquez la caméra sur une personne ou un objet, le côté de la caméra prend alors la forme de ce que vous filmez, permettant à une personne aveugle de « lire » votre visage, votre silhouette, ou la forme d’un objet (voir photo 3).
PNG - 144.9 ko

Photo 3 : Projet d’un étudiant de Shenkar. Une camera dotée d’une partie malléable prenant la forme de ce qui est filmé permettant à une personne aveugle de « lire » la forme d’un visage, silhouette ou objet. (photographe : Oz Habibi)

Remerciement à Oz Habibi pour certaines photos et pour m’avoir servi de guide pour la visite de Shenkar, ainsi qu’à Shy-lee Sidi et Nimrod Jack pour avoir accepté de répondre à mes questions et pour leurs photos.

Sources :
Site officiel de Shenkar (en anglais) : http://www.shenkar.ac.il/en/pages/about-shenkar
Lien Facebook de l’exposition 2017 (en hébreu) : Exposition 2017
Site de Shy-lee Sidi (en construction) : http://shyleesidid.wixsite.com/industrial-design

Rédacteur : Arthur Robin, doctorant à l’Université de Tel Aviv

PLAN DU SITE