Les NEET protéines : une nouvelle famille de protéines jouant un rôle essentiel dans la santé

Israël

Actualité
Israël | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
10 mai 2017

La famille NEET, constituée de trois membres, MitoNEET, NAF-1 et Miner2, a été découverte au cours de la dernière décennie dans de nombreux organismes incluant les archées, les bactéries, les algues, les plantes et les humains et suggérant ainsi une fonction évolutive et conservée. Une équipe de l’Université hébraïque de Jérusalem, dirigée par le professeur Rachel Nechushtai, a été l’une des premières à réellement caractériser cette famille de protéines.

Les NEET protéines ont été découvertes en 2003 comme étant la cible d’un médicament utilisé dans la lutte contre le diabète de type II : le pioglotazone. Mais c’est en 2007 que le professeur Nechushtai et ses collaborateurs ont démontré que ces protéines, localisées au niveau de la mitochondrie, contenaient deux centres fer-souffre (Fe-S). En quoi cette caractéristique est-elle si importante ? Les protéines à centre fer-souffre sont cruciales pour la réplication et la réparation de l’ADN qui, en cas de dysfonctionnement, peut conduire à la formation de cellules cancéreuses. Il a également été montré que ces protéines sont impliquées dans l’homéostasie mitochondriale permettant le bon fonctionnement de cette organelle essentielle à la survie de la cellule. Par ailleurs, ces protéines remplissent de nombreuses fonctions critiques, notamment au niveau de la prise en charge du métabolisme oxydatif de la cellule responsable de la production de molécules oxydantes très agressives à la base de nombreuses maladies.

Dans quelles maladies sont-elles impliquées ? Une mutation du gène codant pour NAF-1 conduit à un arrêt de l’expression de cette protéine et entraîne l’apparition du syndrome Wolfram 2. Le syndrome de Wolfram, également connu sous son acronyme anglophone DIDMOAD (pour « diabetes insipidus, diabetes mellitus, optic atrophy, and deafness ») est un syndrome rare, appartenant au groupe des maladies dites orphelines, qui associe un diabète de type 1, un diabète insipide, un trouble grave de la vision (atrophie optique) et des troubles neurologiques.

Plus récemment, il a également été démontré que les protéines NAF-1 et MitoNEET sont impliquées dans le développement du cancer du sein. Il a été mis en évidence que, dans les cellules cancéreuses, l’expression de ces protéines est augmentée. L’équipe du professeur Nechushtai a montré qu’en diminuant l’expression de ces deux protéines indépendamment ou simultanément, une diminution de la prolifération tumorigène et des fonctions de la mitochondrie (centre énergétique de la cellule) in vitro était observée. Ces résultats suggèrent que les NEET protéines sont des cibles prometteuses dans la lutte contre le cancer. Mais l’investigation ne fait que commencer. En effet, MitoNEET/NAF-1 étant des cibles du pioglotazome (traitement contre le diabète de type II, abandonné en 2011 à cause d’un risque trop élevé de cancer de la vessie dû à cette molécule), la question est de savoir si ces protéines jouent un rôle dans le développement du diabète. Et la réponse semble être oui : une étude effectuée sur des souris obèses a permis de mettre en évidence l’implication des protéines NEET dans le développement du diabète et de l’obésité.

Cette famille de protéines, découverte récemment, intrigue donc la communauté scientifique. Malgré de nombreuses études, aucun mécanisme d’action concret n’a pu être établi à ce jour. Or mettre en évidence les modes d’action d’une molécule est essentiel à la mise en place de nouvelles stratégies thérapeutiques.

Pour plus d’informations :
Structure–function analysis of NEET proteins uncovers their role as key regulators of iron and ROS homeostasis in health and disease. Tamir et al, 2015. Biochimica et Biophysica Acta.
http://ac.els-cdn.com/S0167488914003735/1-s2.0-S0167488914003735-main.pdf?_tid=0663fa5e-28b8-11e7-8571-00000aab0f6b&acdnat=1493015830_02055de87f47d8a879a1f6188337464c

Rédacteur : Henri-Baptiste MARJAULT, doctorant à l’Université hébraïque de Jérusalem.

PLAN DU SITE